8

Critique de Rick et Morty #6

par Le Doc le mar. 17 déc. 2019 Staff

Rédiger une critique
Bordel, Jerry...ça t'arrive de ne pas tout foirer ?

Le tome 6 de Rick & Morty compile les épisodes 26 à 30 du comic-book publié aux Etats-Unis par Oni Press et qui s'est vite imposé comme l'une des meilleures déclinaisons en bande dessinée d'une série animée à succès. Au programme, cinq histoires complètes et comme d'habitude, les petites vignettes (ou back-up comme on dit aux States) de quatre pages sont regroupées en fin d'album dans la section "bonus". 

À l'exception du #29 écrit par les auteurs invités Sean Vanaman et Campo Santo, les développeurs du jeu vidéo Firewatch qui sont venus délirer dans ce terrain de jeu de tous les possibles, Kyle Starks est à nouveau le scénariste principal de ces épisodes. S'il a très bien su restituer tout ce qui fait le sel de la création de Dan Harmon et Justin Roiland, je suis à chaque fois moins convaincu par ses dessins que je trouve un peu trop brouillons et éloignés des visuels du dessin animé. Il ne s'occupe (heureusement) que d'un chapitre et même si le zapping du câble interdimensionnel ne manque jamais d'idées amusantes, la partie graphique (anatomies hasardeuses, décors grossiers, encrage trop gras...) ne me permet pas de l'apprécier pleinement.

Mais ce n'est qu'une légère réserve, car le reste est excellent. Notamment la participation du très bon Benjamin Dewey (The Autumnlands) qui s'est quant à lui fondu dans le style de Rick & Morty tout en apportant sa propre sensibilité (sa colorisation donne un beau résultat, différent du travail des coloristes habituels, Katy Farina et Marc Ellerby). Et son épisode est très réussi : centré sur le personnage de Beth,  qui passe une journée très difficile, il s'éloigne un temps de la mécanique des voyages à travers l'espace et les dimensions pour un portrait bien caractérisé, un récit qui passe par toutes les émotions avant de broyer totalement les espoirs de la fille de Rick qui n'a plus qu'à continuer de noyer son quotidien de "desperate housewife" pas comme les autres dans l'alcool. 

Dur...mais il y a depuis le début ce côté cruel dans Rick & Morty qui s'apprécie différemment selon les situations. Et l'humour porté par le cynisme impitoyable de Rick Sanchez est savoureusement mordant...surtout quand ce gros loser de Jerry s'en prend plein la tronche (il faut dire qu'il l'a bien mérité dans l'épisode écrit par Vanaman et Santo, virée sanglante...mais pas que...contre les Hitler en puissance du multivers). 

En bref

Ajoutez à cela un bal du lycée qui se transforme en massacre d'aliens (avec en prime un impayable gag final) et on obtient un sixième album une nouvelle fois irrésistible !

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (535)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Rick et Morty
Boutique en ligne
15,90€
Boutique en ligne
15,90€
Boutique en ligne
15,90€
Boutique en ligne
15,90€
Laissez un commentaire