8

Critique de Captain America #12

par Le Doc le sam. 8 févr. 2020 Staff

Rédiger une critique
L'Imposteur !

Lorsque Steve Englehart prend les commandes de  Captain America & The Falcon en 1972, la série du Vengeur étoilé était proche de l'annulation. Stan Lee avait quitté le titre un an plus tôt et les ventes ont ensuite continué à décliner. Il y a eu des choses intéressantes pendant la période Gary Friedrich/Gerry Conway, mais rien de vraiment inoubliable. D'après Englehart sur son blog, il semblerait que personne ne savait vraiment quoi faire de Captain America en ce début des années 70. Un héros habillé aux couleurs du drapeau américain avait du mal à trouver sa place en ces années anti-guerre où beaucoup de gens n'avaient pas une grande confiance en leur gouvernement. Steve Englehart était d'ailleurs lui-même objecteur de conscience.

Englehart s'est alors posé la question : dans le contexte de l'époque, "s'il existait vraiment, qui serait Captain America ?". Le point de départ d'une prestation passionnante, avec une véritable prise de conscience politique (et qui a permis au comic-book de renouer avec le succès). Pour son premier arc narratif, le scénariste a tiré le meilleur parti d'une demande de Roy Thomas en rectifiant un point important de continuité. Si Steve Rogers a passé plusieurs années congelé dans les glaces arctiques, qui était le Captain America casseur de cocos des comics Marvel/Timely des années 50 (voir ma critique de l'album Marvel - Les Décennies : Les Années 50) ?

Bon, je l'avoue, je ne suis pas très fan des premières planches de Captain America #153, avec un Nick Fury qui nous fait sa crise de la cinquantaine (il fallait bien régler les éléments laissés en suspens après le départ de Gerry Conway), mais les choses s'arrangent vite au bout de quelques pages. Pendant que Steve Rogers prend des vacances bien méritées avec Sharon Carter, le Faucon découvre qu'un duo s'en prend avec violence aux habitants de son quartier. Effaré, il tombe face à...Captain America et Bucky ! Une version fanatique et raciste des deux légendaires héros...

Le combat est âpre et après plusieurs péripéties, tous les protagonistes  sont réunis pour entendre le récit de la bouche des imposteurs. Deux hommes fans de Captain America et Bucky qui voulaient à tous prix défendre leur pays dans une époque particulièrement paranoïaque (Englehart intègre efficacement des extraits des comics des années 50 pour faire le lien avec les événements déjà connus) mais que le sérum du super-soldat recréé a rendu progressivement fou, voyant des traîtres partout. 

Captain America livre un combat palpitant et tendu face à ce double dévoyé dans l'épisode 156. Une fin amère pour le début d'une remise en question qui donnera lieu à une suite d'épisodes mémorables...mais ceci est une autre histoire...

En bref

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (792)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Captain America
Boutique en ligne
35,00€
Boutique en ligne
35,00€
Boutique en ligne
35,00€
Boutique en ligne
35,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)