7

Critique de Hellboy and the B.P.R.D. #5

par Le Doc le ven. 14 févr. 2020 Staff

Rédiger une critique
Mexico, Mexiiiiiiiiico !

Dans le long arc narratif Un mal bien connu de la série B.P.R.D., Mike Mignola a fait la chronique des dernières heures de l'univers Hellboy...mais il reste encore de nombreuses histoires à raconter, notamment au sein de la série Hellboy & the B.P.R.D. qui retrace les premières années de service du héros au Bureau de Recherche et de Défense sur le Paranormal. Le cinquième volume se concentre sur l'année 1956, qui a vu Hellboy s'incruster au Mexique pendant six mois après une mission.

Cet album regroupe l'intégralité de la mini-série Hellboy and the B.P.R.D. : 1956 plus le numéro spécial Hellboy vs Lobster Johnson : The Ring of Death. L'histoire principale suit trois sous-intrigues confiées à autant de dessinateurs pour un résultat un brin inégal. Michael Avon Oeming (Powers) s'occupe des segments russes centrés sur la petite Varvara, fille illégitime de Raspoutine et hôte du démon Yomyael. Varvara a pris le contrôle du Service des Sciences Spéciales et oblige ses agents à répondre à tous ses caprices. Ce qui va se retourner contre elle...

Je ne divulgâche rien car les lecteurs de B.P.R.D. L'Enfer sur Terre savent bien ce qui est arrivé à Varvara. Avec 1956, Mike Mignola et Chris Roberson complètent la chronologie dans une atmosphère  bien adaptée à la paranoïa de cette époque. Un manque de confiance qui oblige le professeur Bruttenholm à mener sa propre enquête sur les plans soviétiques pour s'emparer d'armes occultes ayant appartenu aux nazis. Cette partie est intéressante, notamment dans la description du quotidien des agents du Bureau, mais elle est tout de même assez décompressée. Et je préfère les dessins de Mike Norton à ceux de Yishan Li (nouvelle venue dans cet univers) qui s'occupe de toutes les scènes avec l'agent Susan Xiang.

Et Hellboy dans tout ça ? Le Grand Rouge a tout d'abord un rôle secondaire...on le voit juste de temps en temps se bourrer la gueule au Mexique avec ses potes luchadors avant deux derniers chapitres (le #5 et le one-shot) qui lui sont consacrés. Il y a une certaine tristesse qui se dégage de lui à cette période de sa vie, mais ses actions sous l'effet de l'alcool apportent aussi une touche humoristique bienvenue. On apprend par exemple qu'il a joué un méchant démon dans une série Z, un croustillant nanar en N&B qui fait l'objet de la première partie du numéro spécial (excellente idée). Et le tome se referme sur une savoureuse pastille de quatre pages dessinées par Paul Grist qui permet de retrouver le personnage du Visiteur (voir le deuxième et dernier tome de B.P.R.D. L'enfer sur Terre).

En bref

L'habituel sketchbook commenté (cette fois-ci par la responsable éditoriale Katii O'Brien) complète le sommaire.

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (646)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Hellboy and the B.P.R.D.
Boutique en ligne
10,99€
Boutique en ligne
10,99€
Boutique en ligne
10,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)