6

Critique de Captain America #339

par Le Doc le lun. 30 mars 2020 Staff

Rédiger une critique
Le Captain

Après avoir été responsable éditorial du titre, Mark Gruenwald reprend le scénario de Captain America à partir du #307 pour un très long run qui durera 10 ans. Une prestation encore quasiment inédite en français, à part une petite poignée d'épisodes. Pour ma part, je n'ai lu que quelques numéros en fascicules V.O. et les sagas Bloodstone Hunt en TPB  et Les Rues du Poison dans les pages de Titans (petits billets à venir) mais je compte bien me procurer des volumes de la collection Epic dans le courant de l'année pour en savoir un peu plus sur la période Gruenwald. 

Entre les #332 et 350, Gruenwald a bouleversé l'existence de Captain America (et ce n'était qu'un début). Le Vengeur étoilé avait déjà abandonné son identité auparavant pour devenir Nomad, l'homme sans patrie....ce qui n'avait pas duré très longtemps contrairement à ce long arc narratif en 19 numéros. Parce qu'il ne voulait pas se mettre au service d'une commission du gouvernement (je résume rapidement), Steve Rogers a décidé de renoncer volontairement à son costume et à son bouclier plutôt que de compromettre ses idéaux. Le héros adopte alors une version assombrie de sa panoplie et devient le Captain, tandis que la Commission fait de John Walker le nouveau Cap (et quand les choses reviendront à la normale, il y aura à nouveau un échange puisque Walker fera sien le costume noir en tant qu'U.S. Agent).

Avec ses alliés (le Faucon, l'ancien catcheur Demolition Man, Nomad/Jack Monroe et Vagabond), le Captain parcourt l'Amérique et dans le #339, l'équipe affronte l'un des quatre Cavaliers de l'Apocalypse, Famine, dans un tie-in à la grande saga X-Men du moment, La Chute des Mutants. Et même à quatre contre un (Vagabond ne participe pas à l'action), cet adversaire va se révéler très coriace. Même sans avoir lu ce qui a précédé, la narration et la caractérisation font qu'il n'est pas difficile de prendre le train en marche. Mais même si la grosse baston rend l'épisode divertissant, la partie graphique est faiblarde. J'aime bien le style de Kieron Dwyer mais son dessin s'accorde mal avec l'encrage de Tony DeZuniga qui rend les planches assez fades.

Les deux dernières pages annoncent un petit crossover avec la série d'Iron Man...mais pour cela, je vous donne rendez-vous sur la fiche de Iron Man #228.


En bref

6
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (573)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Captain America
Boutique en ligne
28,00€
Boutique en ligne
28,00€
Boutique en ligne
28,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)