La Sentinelle de la Liberté

En janvier 1998 (date de couverture, ce qui veut dire que le lancement s'est fait  à la fin de l'année précédente), Marvel a relancé la série mensuelle de Captain America après la parenthèse Heroes Reborn en confiant le "retour du héros" à Mark Waid et Ron Garney, déjà à l'oeuvre sur les onze derniers épisodes du volume 1. Mais Ron Garney n'est pas resté longtemps, juste le temps des cinq premiers numéros. Il n'a pas quitté les aventures du Vengeur Etoilé pour autant puisqu'avec Mark Waid, ils ont ensuite animé un nouveau titre, Captain America : Sentinel of Liberty.

Sur le modèle de séries comme Legends of the Dark Knight avec l'Homme Chauve Souris de la distinguée concurrence, Sentinel of Liberty se présentait comme un format anthologique qui permettait d'explorer le riche passé de Cap en passant d'une époque à l'autre. Si l'on en croit l'édito du #2, les créateurs avaient beaucoup d'histoires en réserve, mais au final Sentinel of Liberty est devenu une maxi-série en 12 épisodes.

Comme toute série anthologique, le résultat est inégal...et mes épisodes préférés restent les premiers. Le bouquin est sorti en 1998...et le premier encadré situe l'action de cet épisode introductif à une date symbolique, le 4 juillet...de l'année 2001 ! Waid et Garney se sont amusés à imaginer un possible futur proche avant de remonter le temps de plusieurs années et de nous ramener à un autre 4 juillet très important pour Steve Rogers et Sharon Carter.

Cette histoire examine en effet la relation entre le héros et celle qui fut alors l'agent 13 du S.H.I.E.L.D. alors que le duo est plongé dans une mission délicate, le piratage de l'héliporteur par une menace venue de l'intérieur. Et Waid et Garney s'acquittent de la tâche sans temps morts, avec une action qui ne faiblit jamais jusqu'à la dernière page. Le rythme, les péripéties sont aussi nourris par la caractérisation, les répliques entre les deux principaux protagonistes, qu'elles soient légères (ce moment où Sharon apprend la véritable identité de Cap) ou représentant un tournant dans leur dynamique d'équipe (la discussion sur le fait que Cap ne tue pas de sang froid). 

Ce numéro un est une très bonne entrée en matière, une lecture dynamique et divertissante...c'est bien écrit et la paire Ron Garney/Dan Panosian donne de jolis résultats à la partie graphique.

 

En bref

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (792)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Captain America - La Sentinelle de la Liberté
Boutique en ligne
15,31€
Boutique en ligne
15,31€
Boutique en ligne
15,31€
Boutique en ligne
15,31€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)