7

Critique de Captain America #19

par Le Doc le sam. 19 sept. 2020 Staff

Rédiger une critique
Un lourd fardeau...

Après sept ans de bons et loyaux services et une bonne centaine d'épisodes, Ed Brubaker a terminé sa prestation sur Captain America en décembre 2012 avec le #19 de Captain America vol.6 (traduit en V.F. dans l'une des nombreuses versions de la revue Avengers). Le scénariste aura fait un excellent travail sur le personnage et son univers...même si ce run aurait pu aussi s'arrêter un peu plus tôt tant cette relance n'avait pas tenu toutes ses promesses (l'arc narratif dessiné par Alan Davis était le plus réussi).

Le fait que Ed Brubaker ait été touché par le "syndrome des épisodes de trop" ne diminue certainement pas ce qu'il a apporté à Captain America et finir sur une sorte d'"état des lieux", un résumé de l'histoire du héros et ce que sa mission représente était une bonne idée. C'est quelque chose qui a déjà été fait de nombreuses fois, le genre d'exercice qui fait gagner du temps aux équipes créatives (ce qui s'appelle un fill-in dans le jargon des comics), mais ici cela a du sens car le récit de Cap est adressé à William Burnside, le Cap anti-communiste des années 50 (le "reflet noir" de la Sentinelle de la Liberté, pour reprendre les mots de Steve) à l'hôpital après leur dernier combat.

Il y a des moments forts, très bien écrits, dans ce long monologue (notamment la référence à Joe Simon et Jack Kirby qui est bien amenée) et l'ensemble est très joliment illustré par Steve Epting, le premier dessinateur des épisodes de Ed Brubaker qui revenait pour boucler la boucle. Une belle fin d'époque, avec un petit côté solennel sans que ce soit pesant...

En bref

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (645)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Captain America
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)