8

Critique de Elin, la charmeuse de bêtes #10

par Tampopo24 le dim. 1 nov. 2020 Staff

Rédiger une critique
Aux origines

Dur dur cet avant-dernier tome, l'autrice ne fait pas dans la dentelle et propose vraiment une oeuvre dure et forte, qui fait mal là où elle passe et pousse à réfléchir sur nos relations aux animaux et à la politique.

J'ai été frappée par la lente noyade d'Elin au fil de ces quelques chapitres. On la sent de plus en plus sûre de ses convictions et pourtant de plus en plus perdue face à ce qu'il se passe autour d'elle. C'est tragique ! Une tragédie superbement mise en scène par l'autrice qui est une conteuse née. Elle emmène lentement mais sûrement les derniers personnages clés vers le lieu et le moment de la tragédie.

C'est un chemin inéluctable et bien triste qu'ils empruntent et qui nous met face à nous-même, comme Elin met sa dirigeante face à ses responsabilité en lui révélant les derniers secrets encore méconnus de tous et qui sont essentiels pour comprendre la situation. C'est rude mais nécessaire et ô combien bien mené par la mangaka, qui telle une légende, conte ces événements d'un temps reculé avec beaucoup de sobriété mais d'émotions. Mais ce n'est pas la seule révélation, Elin va plus loin et ose parler de la situation actuelle, ouvrant les yeux à sa souveraine, une manoeuvre risquée et compliquée. J'ai été frappée par la subtilité et la force avec laquelle c'est mené, le temps d'une simple discussion à coeur ouvert entre deux femmes. Deux femmes que j'ai trouvé très fortes, j'en suis la première surprise tant je croyais la Yojeh bien plus faible. Magnifique !

Les dessins très poétiques de Nahoko Uehashi subliment encore cela, en apportant une touche subtile et ancienne qui convient à merveille à ce conte légendaire d'un autre temps. Cela confère vraiment une dimension à part au récit et cela démarque ce shonen de toute la production formatée actuelle. Souvent, je trouve les titres de fantasy dans les mangas, un peu trop lisses et classiques, sans originalité. Ce n'est pas le cas ici. On sent une forte influence d'un certain folklore asiatique parfaitement maîtrisée et orchestrée ici pour mettre en scène une histoire puissante avec de vrais messages. Des messages sur l'instrumentalité politique, sur la souffrance animale, etc, qui me parlent.

En bref

Avec cet avant-dernier tome, qui se termine bien trop tôt, à un moment très frustrant, l'autrice me confirme dans mon coup de coeur pour cette série, qui change de l'ensemble de la production actuelle et propose quelque chose de plus fort, plus subtil et plus marquant. Un excellent shonen d'aventure politique dans un univers de fantasy !

8
Positif

Une mythologie solide

Des personnages très émouvants

Une héroïne qui se noie mais surnage

Le récit des origines, poignant

Quand politique et fantasy se rejoignent

Une tragédie qui s'achemine

Un message fort sur la maltraitance animale

Des dessins poétiques

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (641)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Elin, la charmeuse de bêtes
Boutique en ligne
8,20€
Boutique en ligne
8,20€
Boutique en ligne
8,20€
Boutique en ligne
8,20€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)