7

Critique de Les aventures de Lucky Luke #9

par vedge le mar. 5 janv. 2021 Staff

Rédiger une critique
My home is your home

Les auteurs ont décidé d’amener Lucky Luke là où il n’était jamais vraiment allé, loin de l’Ouest, dans les états du Sud, très racistes même après leur défaite lors de la guerre de sécession et l’abolition de l’esclavage. Notre cowboy solitaire, peu au fait des mœurs de ces riches familles blanches, un peu consanguines et inhumaines avec leurs esclaves noirs (car pour eux ils le sont toujours), semble perdre son flegme habituel au profit de colère salvatrices.

Devenu héritier d’un domaine de planteur de coton, il décide de le céder à ses ouvriers noirs et c’est là que tout s’enchaîne.

Le récit mêle aventures humoristiques et personnages réels, parmi lesquels le premier marshall adjoint noir à l’Ouest du Mississipi, la fine gâchette Bass Reeves.

Les auteurs ont réussi la gageure de traiter le sujet du racisme envers les noirs, qui fait encore l’actualité, à la manière et dans l’esprit de Morris.

Le dessinateur s’en donne à cœur joie dans la caricature de ces vieilles familles et leurs rejetons de fin de lignée.

Un excellent tome qui montre que les héros de BD sont éternels, et que l’humour peut permettre de dénoncer et d’émouvoir sous le couvert du rire.

En bref

Lucky Luke hérite d’une plantation de coton dans le Sud. Il décide de s’y rendre pour en céder la propriété aux ouvriers noirs. Las, même après l’abolition de l’esclavage, l’esprit des propriétaires blancs est plus au racisme façon KKK qu’à l’intégration.

7
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2314)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 1 0 Commenter !
Autres critiques de Les aventures de Lucky Luke
Boutique en ligne
10,95€
Boutique en ligne
10,95€
Boutique en ligne
10,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)