6

Critique de Star Wars #1

par Le Doc le mer. 10 févr. 2021 Staff

Rédiger une critique
Je suis ton père...

Encore un nouveau numéro Un pour les revues Star Wars de Panini, le cinquième depuis que les droits de la Saga des Etoiles sont revenus à Marvel. L'éditeur inaugure ici des softcovers à la pagination réduite, formule qui sera ensuite appliquée aux titres de super-héros. Le Docteur Aphra quitte donc ce modèle de pré-publication pour rejoindre directement la collection 100% Star Wars. Il n'y a donc plus que deux titres au sommaire : Star Wars de Charles Soule et Jesus Saiz et Dark Vador de Greg Pak et Raffaele Ienco.

Cette relance inaugure une nouvelle période pour les séries Star Wars, celle de l'après-Empire Contre-Attaque. Marvel avait en quelque sorte "préparé le terrain" avec un numéro spécial intitulé Empire Ascendant qui fait le lien entre ces deux premières phases des comics Star Wars. Panini a décidé de décortiquer ce one-shot pour accoler chaque segment aux séries correspondantes (ceux sur Aphra et Valance le chasseur se retrouvent donc dans leurs albums dédiés).

Les parties Empire Ascendant de Star Wars et Dark Vador se concentrent sur des personnages secondaires. La première concerne la Rébellion, pendant la construction de la Base Echo sur la planète glacée Hoth. Charles Soule remet en avant deux personnages qui n'avaient eu droit jusque là qu'à une seule apparition, Kes et Shara, les parents de Poe Dameron. Le moment est touchant et appuie sur la notion d'espoir à un moment où les choses allaient se compliquer pour les Rebelles. Vador est peu présent dans l'histoire courte réservée à l'Empire. Greg Pak suit la mission d'une impitoyable unité de Death Troopers, dans une ambiance plus tranchante bien adaptée au style des dessins de Roland Boschi.

Il n'y a qu'un épisode de Star Wars et Dark Vador dans ce #1. Des chapitres de 30 pages pour démarrer ces arcs narratifs introductifs. Difficile donc d'émettre un avis sur ce qui est juste une entame mais sur ce qui est proposé là, mon avis est un peu mitigé. Dans Star Wars, Charles Soule intercale son récit  avant la scène finale de L'Empire Contre-Attaque (celle où Luke se fait greffer une nouvelle main et où Chewie et Lando partent à la recherche de Han). Le scénariste s'inscrit dans un moment iconique et du coup, il n'y a pas vraiment de surprises à attendre. C'est plutôt bien fait (et graphiquement c'est très bon malgré une colorisation un peu trop "artificielle"), ça introduit de nouveaux personnages et prépare la nouvelle dynamique avec Lando...mais on reste dans du (très) classique. Ce qui n'est pas forcément un défaut mais la série aura besoin de vite se trouver une identité pour s'écarter du piège du "déjà-lu".

Dark Vador commence avec la même scène primordiale que la série principale. Le Seigneur Noir se lance dans une quête pour retrouver ceux qui lui ont caché l'existence de son fils. Pourquoi pas...mais ce n'est pas comme s'il ne connaissait pas l'identité du destructeur de l'Etoile Noire depuis quelque temps maintenant, donc le timing n'est pas particulièrement travaillé. Mais il y a de bons moments dans ce voyage du Sith hanté par ses souvenirs sur les traces de son ancienne existence et j'ai bien aimé le nouveau droïde qui monopolise quasiment la parole aux côtés d'un Vador peu loquace. Je découvre et apprécie le style de Raffaele Ienco et le cliffhanger est chouette...même s'il n'est pas bien difficile de savoir ce qu'il en retourne...



En bref

Deux premiers épisodes qui ne prennent donc pas trop de risques, mais il y a des côtés positifs...et ce n'est que le début...

6
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (792)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Star Wars
Boutique en ligne
6,99€
Boutique en ligne
6,99€
Boutique en ligne
6,99€
Boutique en ligne
6,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)