5

Critique de Love Fragrance #1

par Tampopo24 le lun. 15 févr. 2021 Staff

Rédiger une critique
Être fétichiste des odeurs au XXIe siècle

Love Fragrance est le dernier titre en date de la collection Life de Kana avec laquelle j'ai un rapport compliqué : soit j'adore les titres, soit ils ne me parlent pas ou me mettent mal à l'aise... Et ici, je suis plus proche de la seconde catégorie. 

Seinen publié dans le Morning magazine de l'éditeur Kodansha au Japon, le titre est désormais fini depuis quelques semaines et comptera 11 tomes. Première série de l'auteur, elle a rapidement fait parler d'elle, notamment en étant lauréate du Grand Prix du manga numérique en 2019 et en étant nommée dans de multiples concours.

C'est cependant une RomCom (comédie romantique) on ne peut plus classique, faite avant tout pour un public masculin au Japon, si on regarde le magazine dans lequel elle est publiée et les tics scénaristiques qu'on y retrouve, et c'est justement peut-être pour ça que je l'ai bien moins apprécié que d'autres titres de cette collection. 

L'histoire démarre de façon assez amusante. C'est d'ailleurs le concept qui m'attirait à l'origine. Cependant, je suis plus mitigée après avoir vu son traitement... En effet, tout débute lorsque l'héroïne, qui a d'importants problèmes de sudation et un gros complexe à cause de ça, se fait renifler par l'un de ses collègues de travail qui a un coup de foudre pour son odeur corporelle. Cet homme, Kotaro, est l'un des concepteurs des produits de cosmétiques et d'hygiène de leur entreprise. C'est plus communément ce qu'on appelle un Nez. A partir de là, il ne va pas pouvoir s'empêcher de la suivre partout pour la renifler, développant une vraie addiction...

Vous voyez venir ce qui m'a dérangée ? L'auteur présente cela comme une comédie alors que pourtant le comportement du héros n'a rien de très sain. Je sais que chacun à le droit d'aimer ce qu'il veut, qu'on a le droit d'être fétichiste et tout ça, mais franchement, le voir s'imposer comme il le fait et voir l'auteur mettre ça sous le tapis d'un trait d'humour à chaque fois, ça a eu du mal à passer. Tout le premier chapitre est vraiment dérangeant... Le héros lui-même se rend compte que son comportement a tout de celui d'un pervers mais ce n'est pas pour autant qu'il en change vraiment au début. Heureusement par la suite quelques nuances sont apportées mais le mal est fait... 

Peut-être que le comportement de Kotaro ne m'aurait pas tant dérangée si face à lui nous n'avions pas eu une héroïne aussi nunuche. Asako incarne malheureusement le cliché de la femme japonaise pure et vierge, douce et réservée. Tout ce que je n'aime pas. Elle n'ose donc pas répliquer face à son comportement gênant, mal à propos et tout sauf normal. Elle accepte assez passivement et c'est bien là le problème. En plus, on la voit se jeter sur Kotaro et coucher avec lui dès la fin du premier chapitre. Incompréhensible pour moi ! On est là dans du pur fantasme masculin, car je ne vois pas du tout comment, une femme comme elle, qui a de tels complexes et une telle réserve depuis toujours, pourrait brusquement changer du tout au tout aussi rapidement pour un homme qui certes l'a protégée une fois mais passe surtout son temps à la harceler sexuellement ou olfactivement, c'est selon. 

A partir de là, dur dur pour moi de voir au-delà de ces points forts dérangeants au début, mais j'ai insisté. Après tout, l'éditeur et d'autres amis blogueurs me présentaient le titre comme une romance sensuelle et charnelle pour adultes montrant bien les premières étapes de la vie de couple, alors que souvent celles-ci sont absentes des romances classiques. Du coup, je suis allée plus loin que ce fameux chapitre 1 et si ce n'est pas un coup de coeur, ce ne fut pas non la détestation et le malaise que j'attendais.

Même si la romance va beaucoup trop vite pour moi, même si l'héroïne reste trop nunuche et que le héros est un brin détraqué avec son fétichisme des odeurs, je les ai trouvé mignons ensemble. C'est touchant de voir leurs premiers pas en tant que couple, de suivre leurs hésitations, leurs interrogations, ces moments où on doute de ce que veut l'autre, de si on fait bien les choses. J'ai trouvé cela vraiment bien raconté. Kotaro évolue petit à petit se rendant compte (légèrement, ne poussons pas quand même) de ce que son comportement a d'anormal surtout en société. Il apprend donc à se contenir. Asako prend même un tout petit peu plus d'assurance dans leur couple osant exprimer quand elle sent que quelque chose ne va pas. Mais c'est très très léger et ce n'est pas ce que j'ai eu envie de retenir. 

Non, le plus intéressant, c'est le double questionnement sur les premières fois (sexe, sorties, dormir chez l'autre, jalousie...) et sur la gestion d'une relation amoureuse au boulot (prévenir ou non les autres, où se voir, qu'est-ce qu'on se sent en droit de faire ou non) qui a su titiller mon intérêt graduellement au fil des chapitres. En plus, la narration dynamique de Kintetsu Yamada n'a pas été sans me rappeler celle d'Otaku Otaku mais avec des chapitres plus longs, donc malgré mes réserves, j'ai trouvé que ça se laissait lire assez facilement.

En revanche, je suis beaucoup plus dubitative concernant les dessins et leur mise en page. Je les ai trouvés soit hyper lisses et conventionnels, soit maladroits. Je ne suis pas du tout fan du regard bovin du héros (désolée pour les fans) et encore moins de ce besoin de donner des gros seins à l'héroïne sous ses airs coincés. Cela fait très cliché pour ne pas dire que ça sort direct de certains fantasmes masculins que je ne partage absolument pas ^^! Bref pour moi, ça manque beaucoup de nuance et de vie. 

En bref

J'ai donc globalement un avis mitigé sur cette nouvelle série de la collection Life. Clairement la collection a un côté un peu fourre-tout du moment qu'il y a des adultes vivant une romance. Là le titre est selon moi majoritairement à destination d'un public masculin et ça s'en ressent dans les fantasmes que qu'il véhicule et qui ne me parlent pas...Je suis plus en recherche d'une autre sensibilité. Alors ça se laisse lire mais plusieurs choses sonnent fausses et peuvent mettre mal à l'aise, ça dépend de la sensibilité de chacun. Cependant l'idée de départ de présenter de jeunes adultes vivants pour l'une sa première relation et pour l'autre son premier crush olfactif est drôle et original et peut plaire à un certain public.

5
Positif

Un concept original

Les questionnements sur les premières fois d'un jeune couple

Les questionnements sur l'amour au travail

Negatif

Un héros malsain

Une banalisation du harcèlement sexuel

Une héroïne issue des fantasmes masculins, trop soumise, passive et nunuche

Un dessin banal

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (625)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Love Fragrance
Boutique en ligne
7,45€
Boutique en ligne
7,45€
Boutique en ligne
7,45€
Boutique en ligne
7,45€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)