8

Critique de Comme les autres #1

par Sachiko-chi le mer. 28 avril 2021 Staff

Rédiger une critique
La couverture toute douce n'est qu'une couverture !

Yuki Nojin ne nous est pas inconnue ! En effet, This is not love, thank you est une de ses œuvres qui a déjà été publié chez nous. Pour ma part Comme les autres est le titre qui me fait découvrir son travail, et je peux vous dire que je ne m’attendais pas du tout à ça !

Déjà je savais très brièvement que ça allait aborder des thèmes assez difficiles comme le handicap, mais je dois avouer que ce premier tome m’a mis une sacré claque ! Si la couverture est toute douce et que l’on s’attend à un titre tout doux, plein de bons sentiments, et de… Il vaut mieux s’arrêter là, il n’en est rien de tout ça ! J’ai trouvé que c’était un titre dur, qui coupe le souffle à certains moments, j’ai même eu l’impression que c’était moi que l’on giflait pour dire ! J’étais pas prête à être autant secouée par un shojo ! Au vu de cette impression on pourrait se dire que l’on est sur un coup de cœur, eh bien non, parce qu’à certains moments je trouvais ça trop déstabilisant même, et je ne comprenais pas pourquoi on en arrivait là !

Le titre démarre de manière assez classique pour un shojo de type romance lycéenne, on découvre Tsubaki qui ramasse la carte de transport de Ibuki, et elle va tomber sous le charme de ce garçon qu’elle ne connaissait pas. Elle se met en tête de le retrouver et rentre dans le même lycée que lui, l’uniforme c’est révélateur !
Elle tente d’engager la conversation avec lui, tout se passe plutôt bien, sauf qu’elle va apprendre qu’il est malentendant voire même sourd au vu de ce que l’on découvre. Déjà ce n’est pas une situation qui est très simple à appréhender que ce soit en tant que lecteur ou même pour Tsubaki. Pour elle, elle n’y voit absolument inconvénient et reste déterminée à lui déclarer ses sentiments et à être proche de lui.

J’ai vraiment eu beaucoup d’admiration pour Tsubaki, déjà elle aussi, elle a passé une épreuve pas simple, et elle aurait carrément pu y rester aussi. Mais surtout, elle est très agréable à suivre, et peut-être même un peu maso ! En effet, elle se rapproche d’Ibuki, mais lui de par sa situation, lui met des stop assez régulièrement. Et puis, il est assez dur avec elle, il emploie des mots qui sont assez difficiles, il la traite d’hypocrite. Les termes sont vraiment durs et peu commun pour un shojo, ils m’ont vraiment mis une claque. Bien qu’elle soit repoussée, Tsubaki revenait à chaque fois, et gardait la tête haute, et c’était dans ces moments-là que je trouvais parfois que c’était difficile à lire. Tout être humain normalement constitué aurait déjà abandonné, mais elle non, et pour ça, j’admire beaucoup ce personnage !
Pour Tsubaki, c’est un personnage qui est assez difficile à cerner, déjà son handicap se ressent à la lecture. Les émotions ne sont pas du tout transmises de la même manière, donc c’est très intéressant et ça amène de l’originalité. Mais il m’a donné cette impression de ne pas être sûr de lui, il semble faire un pas en avant, puis un pas en arrière. Il donne aussi cette impression d’être très renfermé sur lui-même, il n’ose pas déranger les autres, ou même se mélanger. Une sortie du club de photographie est organisée, on le retrouve dans cette situation qui doit être difficile à vivre pour lui. Il a un handicap mais il n’est pas visible et ses camarades ne sont pas forcément attentifs à lui et à ses problèmes. Donc on comprend qu’il ait du mal à s’intégrer aux autres. La mangaka nous présente aussi une partie de son passé comment il a pu perdre l’ouïe et comment il l’a vécu avec ses autres camarades notamment.

Ibuki peut tout de même compter sur un autre personnage qui est Shibasaki. Ils se connaissent depuis quelques années, et ils ont toujours été proches. Mais aujourd'hui, celui-ci semble vouloir se détacher, s’éloigner de Ibuki. Il a lui aussi des propos que j’ai trouvé plutôt blessant, mais Tsubaki veut nous en dépeindre une autre image. Je suis curieuse de voir comment ce trio va évoluer.
La mangaka nous introduit aussi le personnage de Hidaka, qui aura très probablement son rôle à jouer. En tout cas, elle n’est pas inconnue à nos deux personnages masculins, et la mangaka nous lance quelques révélations à son sujet. Je pense qu’il y aura matière à travailler.

Ce premier tome n’est pas forcément mignon ou même touchant, mais pour moi il a plus été percutant. La relation entre Ibuki et Tsubaki ne bouge pas d’un iota, Ibuki étant renfermé sur lui, et je pense qu’il voit un peu le mal partout, et je comprends, il n’est pas trop aidé… Mais j’espère qu’au contact de la très positive Tsubaki, il va pouvoir s’ouvrir, qu'il puisse faire confiance aux gens aussi. Le thème est intéressant, pas tendre, mais y a vraiment de quoi le transformer en titre touchant et mignon !
J’espère que la mangaka va développer du coup la vie scolaire de Ibuki, puisqu’il est sourd, il doit sûrement avoir des dispositifs. Lire sur les lèvres c’est bien ça aide, mais ça doit être fatiguant et doit demander beaucoup de concentration. Je serai curieuse de voir comment c’est travaillé et mis en scène.

En bref

Un premier tome très encourageant, la mangaka n'est pas tendre avec ses personnages. Ils ont chacun leur difficulté à surmonter, et pour Ibuki, il y a beaucoup de travail qu'il doit faire sur lui pour apprendre à faire confiance aux autres. Elle introduit 4 personnages qui semblent avoir tous leur rôle à jouer, je suis vraiment curieuse de voir comment cette histoire va évoluer, et si le handicap de la surdité sera bien mis en avant !

8
Positif

Des dessins assez doux

Tsubaki est très sympathique à suivre

Les autres personnages semblent avoir leur lot de problèmes et un développement pourrait être très intéressant

Un shojo pas tendre, assez dur dans les propos

Le thème du handicap qui est intéressant

Negatif

Certains moments trop déstabilisants

Sachiko-chi Suivre Sachiko-chi Toutes ses critiques (152)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Comme les autres
Boutique en ligne
6,85€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)