7

Critique de Fire Power #2

par Blackiruah le dim. 2 mai 2021 Staff

Rédiger une critique
The big brawl

Est-ce que ça me tente de lire un comic-book dessiné par Chris Samnee ? C’est une évidence ! Alors si on ajoute le kung fu, passion de mon enfance, et Robert Kirkman, l’auteur des meilleurs comics de super-héros et de zombie, là je suis proche du plaisir intense et j’ai du mal à croire qu'une telle chose puisse exister.

Et pourtant !

Ce rêve est devenu réalité, initié par Robert Kirkman, “Fire Power” narre les frasques d’Owen Johnson, un ancien moine shaolin issu d’un monastère particulier où il s’est révélé être l’élu maîtrisant l’art de la boule de feu (ou du hadoken / kamehameha). Alors qu’on découvrait, dans le premier tome, que ces moines protégeaient quelque chose de mystérieux qui attirait une faction ennemie. Après une victoire contre ces derniers, Robert Kirkman nous surprend en faisant directement une ellipse de 15ans où on découvre notre héros aux Etats-Unis dans une vie posée.

C’est ainsi que ce second tome démarre : de nos jours, Owen a une vie posée, marié à une policière et a 2 enfants. Mais les problèmes vont vite revenir lorsque le monastère va exiger son retour et malgré son refus, ces derniers vont employer la force quitte à menacer toute la famille… Une belle bêtise quand il faut affronter un simili Ryu !

Depuis le temps, on commence à saisir les mécaniques de Robert Kirkman. Cet auteur aime s’attarder surtout sur les à-côtés dans un contexte particulier. Ainsi, dans “Invincible” ou “Walking Dead”, les super pouvoirs ou les zombies n’étaient pas l’élément central des récits mais il préférait se concentrer sur le quotidien des héros dans ces contextes. Avec “Fire Power”, le procédé est le même, le scénariste nous fait un focus sur la vie de la famille avec les problèmes qui vont avec. Entre le passé d’Owen qui hante sa femme sur plusieurs aspects, mais aussi la gestion de sa famille face à l’arrivée de ninja qui vont agresser la famille, le héros va devoir tout gérer au mieux pour ne pas faillir.

Mais attention, ça reste bien un récit de kung fu et si vous êtes fan du genre, c’est de la pure régalade, surtout avec le génie de Chris Samnee. J’étais curieux de découvrir comment son style allait concorder avec le genre, et c’est une démonstration. C’est toujours aussi élégant, très stylisé et aussi très lisible tout en étant dynamique (c’était ma peur avec une bd sur le kung fu). Encore un excellent moment de lecture.

Cela dit, si on frise la madeleine de Proust pour ma part, le récit reste tout de même encore un peu convenu, peu de surprise durant tout le volume sauf le cliffhanger final qui m’a fait lever un sourcil. Le prochain volume risque d’être le décollage ultime qui pourrait transformer cette bonne petite série en excellente saga. Affaire à suivre.

En bref

Vous avez passé votre jeunesse à bouffer du Jet Li, Bruce Lee, Jacky Chan ou autres films de Kung Fu ? Fire Punch sera votre parfaite madeleine de Proust avec ce second volume qui lance réellement la saga mêlant quotidien, ninja et kung fu, le tout délicieusement illustré par le génial Chris Samnee. Même si c’est un pur régal, j’attends encore le petit élément qui rendra la série exceptionnelle : Hajime !

7
Positif

Le kung fu

Chris Samnee et son élégance

Hadoken !

Negatif

Une intrigue classique

Il manque un brin pour que la série devienne incontournable

Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (546)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
16,50€
Boutique en ligne
16,50€
Boutique en ligne
16,50€
Boutique en ligne
16,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)