8

Critique de Butterfly Beast

par Pois0n le jeu. 30 sept. 2021 Staff

Rédiger une critique
Agent sous couverture(s)

Si les mangas d'action avec des ninjas ne manquent pas, le traitement *réaliste* du sujet se veut déjà plus rare. Quoi de plus normal, pour des êtres vivant dans l'ombre ? Du mystère naît l'imagination, où tout devient possible. Et la figure de fiction devient ainsi iconique.

Butterfly Beast

Dans Butterfly Beast toutefois, point de pouvoirs magiques ou de capacités physiques surhumaines au rendez-vous, retour à ce qu'étaient vraiment shinobis et kunoichis : des agents secrets ; espions avant tout, assassins à l'occasion. Si Ochô et Jôta travaillent sur le terrain, Jin'emon Shôji agit sous couverture, tandis que Kichiza est un pur bureaucrate. Mais eux, ce sont les chanceux, restés au service des puissants malgré la fin de la période Sengoku. Parmi leurs pairs désormais désœuvrés, tous ne parviennent pas à tourner la page : vivre en temps de paix lorsque l'on a toujours connu la guerre, changer radicalement de vie et se sentir inutile conduisent parfois à la tentation d'utiliser ses talents autrement... C'est là qu'Ochô et les siens entrent en scène. La série nous offre ainsi certes de très chouettes scènes d'action, mais n'oublie pas de mettre l'accent sur les renseignements ou l'infiltration.

Côté scénario, la série ne possède qu'un très léger fil rouge. On suit essentiellement Ochô dans ses missions, sans lien les unes avec les autres. Si les deux premières s'avèrent plutôt courtes, Yuka Nagate nous offre surtout deux longues histoires bien développées, nous révélant le passé de son héroïne par petites touches.

Si Butterfly Beast, en l'état, est une série avortée suite à l'arrêt du magazine dans lequel elle était prépubliée, sachez que non seulement l'autrice lui a tout de même apporté une conclusion, certes ouverte, mais satisfaisante ; elle a surtout pu, quelques années plus tard, la poursuivre ailleurs. Et Mangetsu a d'ores et déjà annoncé la sortie de cette suite l'an prochain.

Vous pouvez donc tout autant en rester là sans le moindre sentiment de frustration, que décider de suivre Ochô un peu plus longtemps.

Quoi qu'il en soit, cette première partie, qui se suffit à elle-même, possède tout ce que l'on est en droit d'attendre d'un manga d'action historique situé dans le quartier de Yoshiwara. Entre prostitution, climat politique encore fragile, et ennemis souvent plus paumés qu'autre chose, l'ambiance est délicieusement pesante. Si les intrigues n'ont souvent rien de bien compliqué, leurs issues toujours dramatiques donnent au titre une ambiance unique.

Butterfly Beast

La patte graphique de l'autrice n'y est pas non plus pour rien, avec un style semi-réaliste de toute beauté, détaillé, chargé, faisant la part belle à l'expressivité des visages. Ochô peut se montrer aussi femme fatale que désabusée, les personnages secondaires ont tous des physiques variés, de la gamine joyeuse au vieillard roublard, en passant par les loubards furieux, Yuka Nagate sait TOUT faire. Les scènes d'action, sans être particulièrement spectaculaires, s'avèrent en revanche très dynamiques et restent toujours lisibles. Bref, c'est beau.

Côté édition, Mangetsu étant une filiale de Bragelonne, forcément, il n'y a rien à redire : pas de coquille en vadrouille, des pages couleur dans chacun des tomes, une impression qui ne bave pas, des livres souples, agréables même pour les petites mains, des croquis sous la jaquette... et SURTOUT une très bonne traduction.

En bref

Si vous recherchez une bonne série historique avec un peu d'action et une atmosphère sérieuse, Butterfly Beast a vraiment tout pour vous séduire.

8
Positif

C'est vraiment beau

L'ambiance

Des histoires qui se suffisent à elles-mêmes

Negatif

(rien)

Pois0n Suivre Pois0n Toutes ses critiques (296)
Autres critiques de Butterfly Beast
Boutique en ligne
7,90€
Boutique en ligne
7,90€
Boutique en ligne
7,90€
Boutique en ligne
7,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)