8

Critique de Kaijin Reijoh #5

par MassLunar le mer. 13 oct. 2021 Staff

Rédiger une critique
Chainsaw vs Clown

Il est difficile de former un avis fixe sur Kaijin Reijoh, le titre seinen trash, comique, sexy et ultraviolent de Tetsuya Tashiro (Red Eyes Sword) tellement cette série a la capacité de s'immerger dans le mauvais goût tout en possédant de bonnes qualités graphiques et un bon sens de l'action.

Ce cinquième volume redresse la barre ( et pas seulement celle de notre héros pervers ah ah...) en atteignant un bon point d'équilibre entre baston, humour echi et drame. Le manga de Tetsuya Tashiro n'est bon que quand il est stable et ne succombe pas dans des excès de trash graveleux sur lesquelles , en tant que lecteur, nous n'avons pas toujours la même tolérance même si globalement Kaijin Reijoh est une série strictement réservée à un public averti.

Dans ce cinquième opus, on reste d'abord dans le repos à la suite de la grosse attaque terroriste de l'école par le parti de l'Ultraréincarnation. Asuma continue de s'entraîner avec deux autres bêtes de sexe, le bisexuel et amoureux Sumeragi et le plouc-bagarreur Sugimura sous la houlette du cool professeur chevelu. Au programme, amélioration des techniques de combats et contrôle hormonal de façon à être beaucoup plus efficace sur le terrain. Encore une fois, le mangaka transfigure le genre du ecchi pour l'inscrire dans le cadre de l'action. Nos bêtes de sexe qui servent donc à canaliser la fureur meurtrière des nymphes durant leur transformation sont tout trois des obsédés sexuels dont la "perversité" devient un atout de combat.

Au bout de cinq volumes, on s'habitue à l'appropriation de ces thématiques très ecchi qui pouvaient nous rendre perplexe au départ et on s'y attache parce que cela rend ces personnages beaucoup plus humains d'une certaine manière. De plus, ce volume donne lieu aussi à des passages plus tendre comme la sortie entre Asuma et Funabashi , des passages dans lesquels le cœur parle au lieu du corps. Le quatrième tome présentait quelques planches plus élégantes et c'est un plaisir de retrouver cette finesse au niveau du dessin avec ce cinquième volume qui élargit un peu le décor... Le style de Tetsuya Tashiro évolue aussi vers des moments de calme et de finesse ce qui relève aussi le niveau des personnages.

Dans l'ensemble, Kaijin Reijoh n'est pas un gros manga d'ecchi et de harem. Les personnages féminins possèdent vraiment une âme et sont écrites avec soin comme en témoignent le personnage de Funabashi rongée par son passé ou encore la protectrice Miumi qui laisse éclater sa rage dans une très bonne confrontation face à la clownesque Karita, l'une des lieutenantes du parti de l'Ultraréincarnation.

Personnage détestable, Karita, la clown tout en muscles est ici l'antagoniste principale de ce volume. Encore une fois, Tetsuya Tashiro montre tout son talent dans l'action, qualité qui est ici d'autant plus relevé puisque le combat est fluide et linéaire. Tout est focalisé sur une mission de désamorçage de bombes , sorte d'avant-goût au futur attentat que prépare la secte. Chaque personnage du groupe possède son rôle, est mis en valeur, et les combats sont captés avec une bonne fluidité.

Bien sûr, le mangaka n'oublie pas de rajouter un peu de vinaigre dans ces confrontations monstrueuses avec quelques scènes chocs rappelant que ce titre ne lésine pas sur la cruauté. On parle de monstres, nous sommes dans des combats de monstres ! Mais dans l'ensemble, c'est un vrai plaisir de voir notre chère Miumi au sommet de sa forme avec sa fidèle relique-tronçonneuse ! Un bon combat avant le futur attentat décisif de la secte qui promet d'autres confrontations mémorables.

En bref

Ce cinquième volume fait partie des tomes les plus équilibrés de la série ce qui en fait l'un des meilleurs. L'action est linéaire, bien découpée à travers une mission explosive et une confrontation monstrueuse à souhait. Dans le même temps, le mangaka fait aussi preuve de finesse à travers certains personnages et un dessin toujours plus fin et varié notamment à travers les environnements. Un bon tome, sans déluges d'excès, dont la maîtrise fait plaisir ! En souhaitant que les tomes suivants restent calqués sur ce même équilibre ...

8
Positif

Une qualité du dessin qui s'étoffe dans les décors et le chara-design , entre gore et beauté

Un volume bien équilibré et maîtrisé sans trop d'excès entre drame, humour ecchi et action bien découpé

Negatif

Toujours les mêmes scènes de viols un peu lourdingues

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (258)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Kaijin Reijoh
Boutique en ligne
7,65€
Boutique en ligne
7,65€
Boutique en ligne
7,65€
Boutique en ligne
7,65€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)