9

Critique de Kaiju No. 8 #1

par Skeet le mer. 13 oct. 2021 Staff

Rédiger une critique
Les kaijus existent !

Bienvenue dans un monde où des monstres géants apparaissent spontanément et mettent en danger la population. Et c’est au Japon que le phénomène est le plus marqué. C’est pourquoi une unité spéciale d’intervention a été créé afin d’éradiquer ces monstres. Mais vu la taille de ceux-ci, qu’advient-il de leurs cadavres ? Il faut bien débarrasser tout ça ! C’est pourquoi une unité de nettoyage a également été créée afin d’effacer toute trace du passage (ou presque) des kaijus. On suit donc Hibino Kafka, un trentenaire qui rêvait de casser du kaiju en intégrant les forces de défense et qui s’est finalement retrouvé au nettoyage, faute de mieux !


Les kaijus sont très populaires au Japon et depuis longtemps alors qu’en France, c’est un peu plus confidentiel même si le grand public connaît forcément le plus célèbre d’entre eux : Godzilla. Faire un manga sur les kaijus peut être un peu “casse-gueule” et on peut vite tomber dans le ridicule vu le côté kitsch de ces monstres de nos jours.

Et c’est là que l’auteur de Kaiju n°8, Naoya MATSUMOTO, a eu l’excellente idée de donner un ton complètement décalé et loufoque à son manga. Avoir pris le parti de commencer son histoire du point de vue de l’unité de nettoyage est juste un coup de maître de la part de l’auteur ! Il fallait y penser quand même ! C’est très bien vu, et cela crée directement un décalage avec les autres œuvres du genre. Ce côté terre à terre du phénomène apporte du réalisme mais fait surtout sourire et donne lieu dès les premières pages à des situations improbables comme le désespoir du héros quand on lui dit qu’il va falloir qu’il remplace quelqu’un aux intestins !

Assez rapidement, l’auteur introduit d’autres personnages vraiment intéressants. Entre l’amie d’enfance avec laquelle il avait fait la promesse de rejoindre les forces de défense (et qui a brillamment réussi) et la nouvelle recrue, bien plus jeune que lui mais qui l’amène à réfléchir et à se remotiver pour essayer de réaliser son rêve de jeunesse.


Mais bien sûr, tout va changer quand le héros va devenir lui-même un kaiju… Mais là encore, l’humour va être omniprésent et vraiment efficace. Il va découvrir sa puissance, sans la maîtriser au début, mais aussi quelques particularités de sa nouvelle forme (mention spéciale à la façon dont il urine !). Il pourrait avoir la classe avec sa nouvelle apparence mais il n’en est rien ! Il a plutôt des expressions risibles (même sur son portrait robot, car il est recherché maintenant !). Comme il arrive plus ou moins à modifier son apparence et redevenir normal, il va essayer de continuer à vivre dans le secret mais il sait que son temps est compté si jamais on découvre qui il est, ce qui ajoute une tension permanente. L’auteur s’amuse à nous montrer que dès qu’il se relâche un peu, son apparence de kaiju revient sans qu’il s’en rende compte et c’est très drôle.

La deuxième partie du manga peut sembler plus classique mais comme le contexte l’est beaucoup moins, on se prend au jeu et on ne peut qu’avoir envie de lire ce qu’il va se passer dans le deuxième tome grâce à une dernière planche marquante ! En tout cas, on arrive au bout de ce premier tome sans s'en apercevoir grâce au rythme soutenu et fluide mais aussi aux dessins de très bonne facture et très lisibles.

En bref

Manga très attendu, Kaiju n°8 ne déçoit pas ! C'est drôle, décalé, plein d'action, les personnages sont intéressants... Bref, un vrai bon divertissement pour le moment avec une introduction originale mettant en avant le métier de l'ombre des nettoyeurs de kaiju. Un vrai coup de cœur !

9
Positif

Le ton décalé et l'humour toujours présent

La narration fluide et le rythme sans temps mort

Les personnages bien différents et attachants

Negatif

Skeet Suivre Skeet Toutes ses critiques (660)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 1 0 Commenter !
Boutique en ligne
6,99€
Boutique en ligne
6,99€
Boutique en ligne
6,99€
Boutique en ligne
6,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)