6

Critique de Robyn Hood - Wanted

par Ben-Wawe le jeu. 2 déc. 2021 Staff

Rédiger une critique
Deuxième aventure plus maîtrisée et intense pour la Robin des Bois féminine et mystique de Zenescope

Reflexions Editions propose en France des titres sur plusieurs aspects de la culture populaire, entre Judge Dredd et Snake Plissken. L’éditeur parie également en 2021 sur une production Zenescope Entertainment, maison d’édition américaine qui gère un univers partagé sur des adaptations souvent féminines et magiques des grands contes et légendes.

L’on découvre ainsi leur version de Robin des Bois dans Robyn Hood : Origin.
Robyn Locksley y est une jeune femme subissant une vie misérable sur Terre, victime d’abus terribles avant d’être transportée dans la dimension de Myst. Elle y mène une révolte à Bree contre le Roi John, avec des Joyeux Compagnons inspirés par sa lutte. Bien que Robyn agisse surtout pour pouvoir rentrer sur Terre, et se venger.
Robyn Hood : Origin s’achève sur la victoire de Robyn contre le Roi John, et sa vengeance brutale mais légitime sur Cal King, son tourmenteur.

Robyn Hood : Wanted se déroule un an après. Robyn est une fugitive sur Terre, et tente d’en savoir plus sur sa naissance mystérieuse. Elle a bien connu sa mère, qu’elle a tant aimée avant sa mort de maladie, et retrouve alors son père, un sale type qui les battait avant de les quitter. Robyn le retrouve, mais il la piège et elle est arrêtée.
Robyn est secourue par Will Scarlet, téléporté depuis Myst par la sorcière Marianne. Ils ont besoin d’elle pour lutter contre le mystérieux et violent Shérif qui sévit dans Nottingham, nouveau nom du Royaume de Bree.
Cela participe aux complots de Sir Guy de Gisbourne, chevalier du Roi John humilié par Robyn, et qui manipule l’héritier royal. La mystique Avella l’aide, sans rejoindre entièrement son camp, alors que Gisbourne joue avec le feu en aidant un ennemi intime de Robyn pour l’anéantir. Celle-ci apprend la vérité sur les ombres de sa naissance, avant un final tragique et terrible.

Robyn Hood : Wanted, sorti en 2013, dispose des mêmes créateurs que Robyn Hood : Origin, ce qui acte déjà une continuité dans l’approche.
Pat Shand rédige le scénario après une histoire construite avec Joe Brusha, Raven Gregory et Ralph Tedesco, grands organisateurs du Grimm Universe. Cependant, si le scénariste s’est révélé particulièrement maladroit sur le premier volume, avec une caractérisation difficile et un excès de classicisme, il s’améliore grandement ici.
Oh, Robyn Hood : Wanted ne révolutionne rien en comics et propose encore une intrigue assez prévisible, sans grande surprise ; mais tout y est mieux.
Mieux rythmé, mieux organisé, mieux adapté. Plus dynamique, plus fluide, plus intéressant. Robyn, si dure après ses drames mais peut-être trop austère pour capter l’intérêt du lectorat dans le premier volume, gagne ici en émotions et en personnalité. Les liens s’établissent, en bien et en mal, alors que les révélations sur son origine sont attendues mais fonctionnent.
Surtout, la fin est un choc, une violence brutale qui coupe les jambes et plonge Robyn dans le pire. Ce n’est pas nouveau non plus, mais c’est un rebondissement qui marque et fait son effet.

L’adaptation s’envole un peu plus aussi, avec des liens entre Robyn et Marianne, un Will Scarlet plus présent, un Shérif de Nottingham qui diffère du canon mais a du sens dans le récit.
Pat Shand développe aussi l’univers de Robyn Hood, avec donc des pistes, des sous-intrigues, des ennemis réguliers. Des méthodes classiques, basiques, mais qui ont toujours un petit succès, avec notamment ce final très sombre, où Robyn, qui finalement s’en sortait un peu trop bien par moments, tombe de haut. L’idée n’est pas de se réjouir de ses échecs, mais bien de signaler que le scénariste fait un effort pour impliquer le lecteur dans le destin des personnages, même si certains disparaissent un peu trop facilement.
Pat Shand réussit tout simplement un meilleur scénario, plus équilibré, et finalement plus intéressant.

Robyn Hood : Origin souffre de bénéficier de plusieurs dessinateurs, qui proposent des planches très moyennes, voire en dessous de la moyenne.
Beau changement ici.
Robyn Hood : Wanted est entièrement dessiné par Larry Watts, « moins pire » des auteurs précédents mais qui souffrait avant de grandes failles dans son art. Il ne s’est pas amélioré du tout au tout ici, mais les dessins sont plus solides, la narration est plus lisible, et il y a même, parfois, quelques images assez jolies.
Le graphisme reste limité, mais plus homogène, avec une qualité moyenne basse mais qui le demeure sur tout le récit. Et, vraiment, Larry Watts s’est amélioré, ce qui est tout à son honneur.

En bref

Robyn Hood : Wanted est tout simplement un meilleur récit que le premier volume. Tout y est mieux, plus construit, plus dynamique, plus fluide ; plus intéressant. L’ensemble reste abusivement classique, mais les vieilles recettes fonctionnent. Le graphisme demeure limité, mais plus homogène, avec de vrais efforts. Surtout, le final très sombre apporte un choc de conclusion bienvenu. C’est mieux, et c’est bien.

6
Positif

Une bande-dessinée tout simplement meilleure, en tout, par rapport au premier volume.

Des efforts réussis en matière de caractérisation et d’adaptation.

Un final sombre qui fonctionne bien comme choc de conclusion.

Negatif

Un excès de classicisme, qui reste sympathique mais sans aucune surprise.

Des limites claires dans le scénario et le graphisme, qui s’améliorent mais sans briller.

Un ensemble qui ne marque pas.

Ben-Wawe Suivre Ben-Wawe Toutes ses critiques (22)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
16,90€
Boutique en ligne
16,90€
Boutique en ligne
16,90€
Boutique en ligne
16,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)