Un autre monde

J'avoue, j'ai eu une petite déception lors de mes retrouvailles auprès de Maïn et ses amis. Il y avait peut-être trop d'explications dans ce début d'arc, dit, du temple. Pourtant, on en avait eu lors de nos premières lectures concernant la fabrication des livres avec des moyens de fabrication en tous genres. Mais, il me semble qu'ici, ils étaient encore moins digestes. Le rythme est également passé un cran en dessous. Donc, il s'agit surtout avec ce tome, de regarder si le tout continue dans ce sens.

Et, c'est là que l'on remercie les Éditions Ototo d'avoir sorti en simultanée les deux volumes, car, j'ai pris bien plus de plaisir lors de cette lecture. Bon, tout n'est pas merveilleux non plus, j'ai vraiment eu du mal avec cette noblesse et ses domestiques. On met vraiment tout ceci très en avant. Et, ce n'est pas une petite tape sur la tête du servant de la part de la petite fille qui va ma faire changer d'avis. Je vois bien que leurs conditions sociales s'améliorent, pour autant, je ne suis pas pour ce genre de métier. Bon, on n'est pas là pour refaire la bataille de sécession, nous passerons donc aux points positifs.

Car, il est vrai que cette prise en charge de l'orphelinat est un moment charnière de la série. Par contre, il faut avoir le cœur bien accroché. D'ailleurs, un petit mot de l'auteur est à lire à ce sujet. Il a dû adapter la scène pour le jeune public. J'ai envie d'écrire, heureusement, car, elle impressionne quand même. Si vous êtes sensible, vous serez aux anges d'apprendre que Maïn et sa bande vont se triturer les méninges afin d'améliorer cette situation précaire pour les petits sans parents. On est ravis de ce nouveau défi qui nous rappelle le meilleur des aventures de notre accro à la lecture.

Et, on n'oublie pas les autres commerces, comme la confection de vêtements plus luxueux, ou même, de la vente à emporter de pizzas. De plus, l'atelier de Lutz n'est pas mis de côté non plus. La force du titre réside ici, car, il peut à la fois se retrouver sur plusieurs sujets à la fois, sans pour autant se perdre. De plus, la nouvelle de fin permettra également de vous guider dans les pensées du Grand Prêtre, sur la nouvelle situation évoquée plus haut. Du coup, celle-ci n'est pas inutile.

On a un peu quitté le mode explicatif pour enfin vivre pleinement ce deuxième arc de la petite faiseuse de livres. Après, il ne faut pas être allergique de voir des servants. Je ne pense pas que ça soit un gage de réussite sociale en soi, même si, encore une fois, le personnel ne se plaint pas d'avoir du travail et de meilleures conditions de vie. Dans tous les cas, cette lecture fut bien plus agréable que la précédente, et les enjeux, bien que très différents de la première partie, sont intéressants. On n'est pas non plus surpris du chemin pris par notre réincarné qui veut tout changer. On observe qu'elle sait mettre tout le monde d'accord assez facilement. Un peu trop, justement ?

En bref

« Faisons ça ensemble, Maïn. »

7
Positif

Enfin, ça démarre !

Les idées pour prendre en charge l'orphelinat sont palpitantes

Pour une fois, la nouvelle n'est pas trop mal

On n'oublie pas les autres commerces

Negatif

On met trop en valeur le fait d'avoir des domestiques

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (713)
Autres critiques de La petite faiseuse de livres - Deuxième arc
Boutique en ligne
6,99€
Boutique en ligne
6,99€
Boutique en ligne
6,99€
Boutique en ligne
6,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)