9

Critique de Sweet Home #1

par juju le sam. 7 mai 2022 Staff

Rédiger une critique
Un huit clos angoissant

Sweet démarre par un prologue qui présente Hyeon-Su, un jeune homme de 18 ans qui passe ses journées dans sa chambre. Il passe son temps sur internet et ne communique quasiment plus avec ses parents ni même avec personne. Il hait tout le monde, surtout lui-même. Ses parents décident de partir en vacances, Hyeon-Su refuse de partir avec eux. Et suite à un accident de voiture qui cause la mort de sa famille, il se retrouve seul, livré à lui-même, mais son premier réflexe et de se demander pourquoi sa famille lui a laissé si peu d’économie. Il déménage alors dans un petit appartement où il croise le gardien et une voisine. Mais très vite il va être témoin d’évènements surprenants, une épidémie transforme les êtres humains en monstres. Les habitants de l’immeuble se barricadent et tentent de survivre.

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre mais le duo Kim / Hwang qui a déjà collaboré sur le manga Bâtard, nous transporte dans un huit clos complètement angoissant et quasiment impossible de s’en défaire. Le titre commence de manière assez classique où un jeune homme refuse de sortir, préférant les réseaux et jeux vidéo mais le tournant du drame familial et surtout l’épidémie va amener beaucoup de violence et de tension. Le jeune homme va alors devoir communiquer avec ses pairs, chose qu’il avait du mal à faire auparavant.

Et puis aussi on n’aurait pu imaginer une énième histoire de zombies mais pas du tout, bye bye walking dead, bienvenue Sweet home. Ici les personnages ne se relèvent pas leur mort mais se transforment. Et leurs transformations ont l’air toutes complètement différentes, on peut passer d’une apparence quasi humaine avec une langue très longue à un copain de « je s’appelle Groot », un homme arbre. Le bestiaire va surement être bien horrifique et diversifié.

L’idée de huit clos est très intéressante et renforce l’angoisse procurée. Mais surtout les personnages présents dans l’immeuble risque tous d’apporter leur personnalité, rendant l’histoire plus attachante. On a bien sûr le héros qui maintenant veut tout faire pour continuer à vivre le plus longtemps possible mais également, une petite fille qui a l’air d’avoir beaucoup de caractères, un homme qui a des airs de truands, qui va jouer le rôle de gros bras. On rencontre d’autres personnages plus secondaires, mais l’immeuble semble bien rempli, donc potentiellement beaucoup d’action en perspective.

Au final, Sweet home m’a complètement séduit par son univers et son huit clos ultra angoissant. Les 300 pages se lit très vite, et surtout on est encore dans un tome introductif, la suite s’annonce beaucoup plus tendu, y’a qu’à voir la dernière page ^^

En bref

Au final, Sweet home m’a complètement séduit par son univers et son huit clos ultra angoissant. Les 300 pages se lit très vite, et surtout on est encore dans un tome introductif, la suite s’annonce beaucoup plus tendu, y’a qu’à voir la dernière page ^^ Et si vous souhaitez connaitre la suite plus, la série TV est dispo.

9
Positif

Un personnage fermé sur lui même qui va devoir communiquer si il souhaite survivre

Un huit clos angoissant réussi : un immeuble fermé, des monstres tous différents et des personnages qui ont chacun un rôle à jouer

Negatif

juju Suivre juju Toutes ses critiques (208)
Boutique en ligne
15,00€
Boutique en ligne
15,00€
Boutique en ligne
15,00€
Boutique en ligne
15,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)