8

Critique de Spider-Man Classic #1

par Le Doc le lun. 9 mai 2022 Staff

Rédiger une critique
Mon meilleur ennemi

La première rencontre entre Peter Parker et Harry Osborn ne s'était pas vraiment bien passée. Il faut dire aussi qu'elle tombait à une mauvaise période puisque l'entrée de Peter à l'université coïncidait avec un moment où Tante May était entre la vie et la mort (voir mon avis sur l'Album Araignée - Echec au Stratège) et le jeune héros était tellement perdu dans ses pensées qu'il avait accidentellement snobé tout son entourage. Les choses se sont ensuite améliorées car le départ de Steve Ditko et l'arrivée de John Romita Sr ont amené une ambiance qui rappelait un peu (beaucoup) les comics Archie avec la formation d'une bande et un côté romance un peu plus prononcé (Peter/Gwen/MJ, Archie/Betty/Veronica). Après des débuts un peu froids, Peter a même fini par emménager avec Harry.

Mais l'ombre du père de Harry, Norman Osborn alias le Bouffon Vert, a progressivement fragilisé l'amitié entre les deux jeunes hommes. Harry a sombré dans la drogue et la mort de son père a encore plus durci la situation...le fait qu'il prenne sa place était alors inévitable. C'est ce qui est arrivé dans Amazing Spider-Man #136 et 137, les deux épisodes qui ouvrent ce Spider-Man Classic. Une révélation qui avait été planifiée depuis des mois avant un combat différent pour Peter de par ses enjeux personnels, ce qui est très bien rendu par les dialogues de Gerry Conway. 

On fait ensuite un saut de quinze ans pour Amazing Spider-Man #312. Guéri, Harry est obligé de rendosser le costume pour combattre le Super-Bouffon qui a menacé sa famille, le tout sur fond d'Inferno, le grand crossover du moment. Un chapitre dynamique (Todd McFarlane était vraiment bon sur cette série, meilleur que sur Hulk) qui constitue en quelque sorte le prologue de l'approche plus psychologique de J.M. DeMatteis trois ans plus tard.

Le sommaire se referme sur les #189 et 200 de Spectacular Spider-Man, avec le toujours solide Sal Buscema aux dessins. Harry a pleinement embrassé l'héritage maudit de son père et il règne dans ces deux numéros une tension palpable, une atmosphère étouffante qui met à mal deux familles et surtout des personnages qui se connaissent depuis leur jeunesse. La fin n'en est que plus déchirante, avec une force émotionnelle se dégageant des deux dernières pages sans paroles. Les choses auraient d'ailleurs du en rester là...mais la mort dans les comics étant ce qu'elle est...

En bref

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (1016)
Autres critiques de Spider-Man Classic
Boutique en ligne
25,00€
Boutique en ligne
25,00€
Boutique en ligne
25,00€
Boutique en ligne
25,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)