7

Critique de Kilomètre Zéro #3

par vedge le mer. 18 mai 2022 Staff

Rédiger une critique
Locomotive d’or

Anticiper les changements du monde et de l’écosystème industriel, c’est ce qu’à bien compris Nicolas Koechlin. Richissime industriel alsacien grâce entre autres aux filatures, tel un startuper de la filature-valley avant l’heure, comprend que pour poursuivre l’industrialisation de sa région, il est nécessaire de la désenclaver ; Ceci ave un moyen de transport de fret et de passagers qui n’en est, en 1830, qu’à ses balbutiements : le train. Selon lui, « perfectionner l’industrie est la meilleure voie pour faire avancer la civilisation ». Il se lance alors dans un projet fou, la construction de la plus grande ligne ferroviaire internationale de l’époque, reliant Strasbourg à Bâle. Un projet fou et couteux à tous points de vue : fortune, considération, santé, il pourrait tout perdre. Mais l’on n’arrête pas un visionnaire épris de sa vision. Chacun des personnages, d’ailleurs, sa fille, le conducteur de locomotive, son jeune frère, tous ont une ambition qui les pousse vers un métier, une émancipation.

C’est un récit fort et attachant. Il décrit la lutte des classes de cette fin de XIXe siècle, et l’étau du pouvoir, du patriarcat et de l’état souverain.

Le dessin, parfois fluide, parfois torturé de traits noirs singuliers, restitue la dureté de l’époque et l’âpreté des combats sociaux et sociétaux.

C’est finalement le récit d’une époque charnière où la puissance de la machine l’emporte sur tout et où l’on a besoin de rêveurs ou de visionnaires pour remettre le progrès au service de l’humain et non l’inverse. Est-ce vraiment différent aujourd’hui ? Existe-t-il des idéologies ou des politiques humanistes ?

En trois tomes aux dessins criant de vérité, les auteurs brossent une chronique sociale réaliste, prenant pour cadre la mise en œuvre vers 1830 d’une ligne de chemin de fer pour désenclaver l’Alsace. Une proposition alliant industrie et civilisation d’un visionnaire excentrique et buté.

En bref

En trois tomes aux dessins criant de vérité, les auteurs brossent une chronique sociale réaliste, prenant pour cadre la mise en œuvre vers 1830 d’une ligne de chemin de fer pour désenclaver l’Alsace. Une proposition alliant industrie et civilisation d’un visionnaire excentrique et buté.

7
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2476)
Autres critiques de Kilomètre Zéro
Boutique en ligne
15,90€
Boutique en ligne
15,90€
Boutique en ligne
15,90€
Boutique en ligne
15,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)