3

Critique de Daredevil #333

par Le Doc le jeu. 20 juin 2024 Staff

Rédiger une critique
Les bas-fonds.

Après la saga de L'Arbre de la Connaissance, le scénariste D.G. Chichester et le dessinateur Scott McDaniel ont fait une pause de la série Daredevil pour s'occuper de la mini-série Elektra : Les Racines du Mal. Ils sont tout de même présents dans les bonus des #333 à 337 car le développement du titre consacré à Elektra est détaillé à travers une petite série d'articles et les #334 et 336 sont complétés par deux histoires courtes très anecdotiques dans lesquelles la création de Frank Miller rend la justice à sa manière très violente. Après Les Racines du Mal, Chichester est revenu brièvement sur la série pour une poignée d'épisodes signés sous un pseudonyme (pour protester contre son renvoi...mais ceci est une autre histoire) et Scott McDaniel a quitté DD pour dessiner Green Goblin.

Entretemps, l'arc narratif Les Bas-Fonds a été confié à une équipe narrative composée de Gregory Wright au scénario et Tom Grindberg aux dessins. Le coloriste Greg Wright a commencé à écrire à la fin des années 80, en se faisant la main sur le New Universe de Marvel. La plupart de ses séries des années 90, comme Deathlock, Morbius et Silver Sable, restent encore inédites en V.F. Le peu que j'ai lu de lui ne m'a pas vraiment emballé...et sa prestation sur Daredevil est juste médiocre...

Les manigances d'un homme d'affaires pour reprendre l'empire criminel de Wilson Fisk, sans-abri (mais pas sans relations) depuis son dernier affrontement contre l'Homme sans Peur, attirent l'attention de Daredevil. Ce criminel en col blanc utilise des clochards pour commettre des attentats impunément et accroître son pouvoir. En suivant les suspects, Daredevil va descendre dans les bas-fonds, se faire des alliés et retrouver de vieux ennemis comme le Roi des Egouts qu'il avait combattu des années plus tôt pour libérer Vanessa Fisk...

Mal ficelée, l'histoire s'éparpille rapidement et les thèmes les plus intéressants (le regard de la société sur les S.D.F., les violences policières...) n'ont pas le traitement qu'ils méritent. Les nouveaux protagonistes secondaires sont transparents et comme chez Chichester, l'intégration de certaines guest-stars est souvent artificielle. Deathlock passe encore...mais en relisant, je ne sais toujours pas ce que Blackwulf est venu faire dans cette galère. Greg Wright orchestre également tout un mystère autour d'un clochard qui serait en fait un ancien héros mais la révélation fait plouf parce qu'il s'agit en fait d'un personnage créé pour l'occasion (avant de retourner à l'oubli par la suite). 

La partie graphique par Tom Grindberg et Don Hudson ne flatte pas la rétine. Ce n'est pas ce que le dessinateur avait fait de pire dans sa période Marvel des années 90 (pour cela, il faut voir du côté des séries cosmiques) mais si son trait colle bien à l'atmosphère glauque des égouts new-yorkais, les pages ont trop de défauts pour vraiment convaincre. Bref, ce n'était pas mauvais, c'était très mauvais...

En bref

3
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (1644)
Autres critiques de Daredevil
Boutique en ligne
61,01€
Boutique en ligne
61,01€
Boutique en ligne
61,01€
Boutique en ligne
61,01€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)