8

Critique de La geste des chevaliers dragons #20

par ginevra le jeu. 2 juil. 2015 Staff

Rédiger une critique
Ce nouvel album de la série se situe chronologiquement dans la période de création de l’empire sarde. Louis a bien des problèmes à régler : les tribus sardes ne se « civiliseront » pas en un clin d’œil, l’empire d’Orient est plein d’espions oeuvrant pour les occidentaux ou d’agents doubles, la cohabitation entre peuples vaincus et vainqueurs est difficile sinon impossible, des révoltes éclatent un peu partout… Et Amarelle refuse tout engagement politique de l’ordre d’Orient que ce soit pour défendre les révoltés vaincus ou pour obéir à l’empereur. Looky retrouve Amarelle adulte après l’avoir créée adolescente dans le 11e album. La petite minime est devenue une femme dure, peut-être amère. Il a aussi défigurée un peu plus « l’ancienne » ex-maîtresse du fort du même album. Son style de dessins, âpre et tourmentée, convient parfaitement à la rudesse, la violence et la cruauté des sardes et à leurs tatouages ou scarifications. Ange a, encore une fois, placé un album dans le contexte du débit de la guerre de mille ans annoncée par les augures. C’est à nouveau un album très politique, mais la fin est assez surprenante. 2 albums sont annoncés dans la frise chronologique qui devraient nous ramener en arrière dans le temps… et peut-être nous offrir de grands combats contre des dragons. La guerre des mille ans est une Geste dans la Geste, passionnante mais souvent irritante par la lenteur des révélations. Attendons les prochaines !

En bref

8
ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (2071)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de La geste des chevaliers dragons
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)