8

Critique de Conan Le Barbare #1

par Jeje-99 le dim. 16 juin 2013 Staff

Rédiger une critique
Alors que le valeureux Cimmérien a déjà eu droit à de nombreuses séries depuis des années, ces dernières avaient toujours gardé un style proche ou presque. Pour cette nouvelle série que l’on pourrait qualifier de “reboot”, la mode du moment dans les comics, Dark Horse prend le pari d’une mise en scène moins traditionnelle pour le Barbare. Pour cela, ils mettent aux commandes Brian Wood et différents dessinateurs qui se passeront le crayon tous les 3 ou 4 chapitres. A peine arrivé dans le pays d’Argos, Conan se trouve mêlé malgré lui à une affaire de meurtre et rapidement jugé en tant que complice. Ceci n’est forcément pas à son goût et décide de s’enfuir, son salut viendra d’un bateau marchand sur lequel il saute inextrémiste. S’il se croit au calme, ça ne va pas durer et il va rapidement croiser la route de la pirate Belit et son charme ravageur... Le point fort du récit de Brian Wood est assurément la présence d’une femme forte au côté du héros qui rivalise avec ses muscles par son intellect. L’auteur nous permet, grâce à la jeunesse de Conan, de nous faire découvrir une nouvelle facette de ce dernier. Sujet aux doutes, celui-ci est bien plus attendrissant que ce à quoi on avait l’habitude, il en garde pas moins son charisme légendaire. La narration utilisée dynamise le récit et nous accroche rapidement tout en restant accessible par tout un chacun. Il y a néanmoins un point d’ombre à la fresque, les différentes hallucinations/rêves, dont est sujet le protagoniste, qui sont mal intégrés et qui ont tendance à nous perdre lors de la lecture entre la réalité du récit et les rêves de notre héros. Pour inaugurer cette nouvelle série, c’est Becky Cloonan, compère de longue date de Wood qui s’attelle aux dessins. Dans un style bien moins réaliste que ce à quoi on aurait pu s’attendre avec un Conan mais bien plus rafraichissant. Les traits sont fins et magnifiquement bien encrés et mis en couleurs. C’est dans un style plus léché bien que dans la lignée de sa camarade précédente que James Harren clôt le volume. Que les pessimistes se rassurent, il n’y a pas de rupture dans le rythme et la construction du récit comme pour le design. Sur un point de vue strictement visuel, le virage est plutôt réussi même s'il rebutera certains anciens lecteurs. Le travail de Dave Stewart aux couleurs sur l’ensemble des chapitres y est pour beaucoup. Pour son âge, on peut dire que la franchise Conan se porte bien. Globalement, j’ai grandement apprécié ce récit malgré certains moments de flottements. Brian Wood réussit le tour de force de nous faire découvrir un personnage vieux comme le monde (du comics) et que l’on croyait figé par ses aventures précédentes. Aidé pour cela par une partie visuelle, qui bien que moins réaliste, insuffle une vie unique à Conan.

En bref

Pour son âge, on peut dire que la franchise Conan se porte bien. Globalement, j’ai grandement apprécié ce récit malgré certains moments de flottements. Brian Wood réussit le tour de force de nous faire découvrir un personnage vieux comme le monde (du comics) et que l’on croyait figé par ses aventures précédentes. Aidé pour cela par une partie visuelle, qui bien que moins réaliste, insuffle une vie unique à Conan.

8
Jeje-99 Suivre Jeje-99 Toutes ses critiques (147)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Conan Le Barbare
Boutique en ligne
32,99€
Boutique en ligne
32,99€
Boutique en ligne
32,99€
Boutique en ligne
32,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)