8

Critique de Fatale #2

par Blackiruah le mar. 23 juil. 2013 Staff

Rédiger une critique
Le duo Ed Brubaker et Sean Phillips reviennent pour nous narrer la suite des mésaventures de la belle et ensorcelante Josephine dans ce second volume de Fatale.

Suite aux déboires du premier volume, la mystérieuse femme a décidé de s’isoler dans les années 70 à Hollywood loin de tout homme. Mais ce choix va vite être remis en cause lorsque va débarquer, dans son domaine, un acteur de série B accompagné d’une femme blessée par une secte sataniste. Mais comme le dit Jo, « le hasard n’existe pas » et va donc sortir du placard pour découvrir ce qui se trame derrière ce groupuscule. Mais, parfois, mieux vaut rester chez soi si on veut éviter le danger…

Qui dit Brubaker, dit polar/thriller et ce n’est pas cette suite de Fatale qui va le contredire. Même si l’intrigue autour de Nicolas Lash n’avance quasiment pas, on en découvre tout de même plus sur la mystérieuse demoiselle et son pouvoir. C’est bien évidemment bien amené et l’ambiance de ce récit reste infiniment noir, parfois même malsain où les bas instincts de l’homme ressortent cruellement et mettent en exergue toute la perfidie de cette société autour du cinéma avec des réalisateurs qui peuvent collectionner des films montrant de vraies exécutions ou d’autres participant aisément aux petites soirées libertines du mystérieux culte.
De même, le scénariste continue à ajouter à petite dose un zeste de fantastique qui donne un ton original à ce polar lui permettant de se distinguer de belle manière parmi les nombreux comics du genre.

Sean Phillips reste l’artiste idéal pour mettre en scène cette série. Ce style à l’allure cendrée accentue l’aspect sale et malsain, même les scènes d’amour dérangent, c’est dire ! Conséquence, on est happé par cet arc qui nous montre une Jo loin d’être angélique.

L’effet de surprise en moins, Fatale continue cette plongée dans ce polar noir de qualité qui nous raconte les déboires de cette ensorcelante Josephine loin d’être de tout repos. Cette saga reste bien sur immanquable pour tout amateur d’histoires à intrigue tant cette série est prenante. Et vu le cliff final, Ed Brubaker semble en avoir gardé sous le pied, l’attente risque d’être insoutenable...

En bref

8
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (476)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Fatale
8
Fatale T.5

Fatale T.5 Staff

Lire la critique de Fatale T.5

7
Fatale T.3

Fatale T.3 Staff

Lire la critique de Fatale T.3

Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Laissez un commentaire