8

Critique de Star Wars #3

par Le Doc le sam. 5 sept. 2015 Staff

Rédiger une critique
Panini continue de coller de très près à l'actualité U.S. (seulement 3 mois de décalage) et propose dans ce troisième numéro de sa nouvelle revue Star Wars les 5ème et 6ème épisodes des séries "Star Wars" et "Dark Vador", soit la fin des premiers arcs imaginés par Jason Aaron et Kieron Gillen. Les lecteurs qui préfèrent les albums librairie n'auront d'ailleurs pas longtemps à attendre puisque les premières compilations sortiront dans la collection "100% Star Wars" le mois prochain !

"Star Wars 5 et 6" :

Cette première aventure concoctée par Jason Aaron peut se décomposer en 2 parties bien distinctes. D'abord, trois chapitres résolument tournés vers l'action, qui ont permis de démarrer ce nouvel Univers Etendu sur les chapeaux de roue et au scénariste barbu de définir efficacement la dynamique d'équipe du groupe de rebelles. Puis, trois autres épisodes dans lesquels Aaron joue avec la continuité afin de faire le lien avec la trilogie originelle (un point important est d'ailleurs résolu ici de façon nettement plus rapide que la série Marvel des années 80, ce qui est assez judicieux, je trouve...pas la peine de faire traîner cette révélation pendant une flopée de numéros), tout en plantant les graines de ses futures intrigues.
Il y a là un bon équilibre entre la fidélité aux films et le suivi du cahier des charges qui fait que les auteurs doivent respecter les grandes étapes de l'histoire (comme ici, les prémices de la recherche de Hoth) et ce qu'ils peuvent apporter à la saga des étoiles en tant qu'éléments originaux (le combat Luke/Boba Fett, la découverte dans la maison de Obi-Wan, la révélation concernant Han Solo)...et c'est, épisode après épisode, une lecture très divertissante.
John Cassaday, qui a signé ici un travail plus appliqué que sur les "Uncanny Avengers" de Rick Remender, tire sa révérence et sera remplacé à partir de l'épisode 8 par l'excellent Stuart Immnonen (après un passage de Simone Bianchi sur le #7).

"Dark Vador 5 et 6" :

Le Seigneur Vador continue d'enquêter sur les plans secrets de son Maître...et il ne va pas apprécier ce qu'il va découvrir.
Kieron Gillen axe les grandes lignes de sa série sur les conflits permanents qui régissent les rapports entre le Maître et son apprenti au sein du côté obscur de la Force. Cette atmosphère délétère est pour beaucoup dans l'intérêt d'un titre qui n'hésite pas à introduire régulièrement de nouveaux personnages, autant d'alliés réticents et d'adversaires potentiels pour le Seigneur Noir. Et connaissant son humeur, il n'est pas certain qu'ils fassent tous long feu...une incertitude plaisante !
Aux dessins, Salvador Larroca, dont je ne suis d'ordinaire pas le plus grand fan, signe un travail supérieur à son long passage sur "Iron Man", avec des designs soignés et des scènes d'action bien chorégraphiées. Il y a peut-être un abus de cases au format "cinemascope", mais rien qui ne gêne vraiment la lecture...

Les deux titres de la revue sont bien coordonnées et se rejoignent lors d'une scène en commun à la fin des épisodes 6. La traduction française aurait pu être un peu plus uniforme, mais les deux interprétations de la même scène, qui est plus étendue dans la version de Gillen, ont chacune leur propre impact.


Dans la partie éditoriale, Panini inaugure une rubrique sur les clins d'oeil qui émaillent les deux séries...ce qui m'a moins interessé que les interviews des auteurs et éditeurs dans les numéros précédents. Quand c'est bien intégré au récit, pas la peine d'insister (parfois un peu) lourdement dessus...


À suivre...



En bref

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (641)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Star Wars
Boutique en ligne
5,50€
Boutique en ligne
5,50€
Boutique en ligne
5,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)