9

Critique de Star Wars #5

par Le Doc le lun. 23 nov. 2015 Staff

Rédiger une critique
"L'Empire contre-attaque" est le meilleur épisode de Star Wars. Et "L'Empire contre-attaque" est aussi la meilleure adaptation en BD d'un film Star Wars. Point final.


Bon, je développe un peu quand même...


Publié entre 1977 et 1986, le comic-book "Star Wars" fut pendant longtemps le plus gros succès de l'éditeur Marvel. La déclinaison papier de l'univers de George Lucas permit à la Maison des Idées de garder la tête hors de l'eau pendant une période difficile économiquement parlant. Et dire que Stan "The Man" Lee n'était au départ pas du tout intéressé par la perspective de publier une bande dessinée de S.F. inspirée qui plus est par un film sur lequel personne ne misait un kopeck à l'époque.
Mais Roy Thomas avait flairé le potentiel...and the rest is history, comme disent les américains...

Passionné par le projet, Roy Thomas ne resta pourtant pas longtemps sur le titre après avoir adapté le premier film. Frustré par le manque de liberté créative (et peut-être aussi parce que Lucasfilm n'avait pas vraiment apprécié son personnage de lapin de l'espace), Roy Thomas passa les commandes au talentueux Archie Goodwin à partir du numéro 11. Ce fut le début de la première grande période du "Star Wars" version Marvel, avec Carmine Infantino aux dessins (et c'est par cette bande dessinée que j'ai découvert cet univers dans les pages du magazine "Titans" dans ma prime jeunesse, quelques années avant de voir enfin les films à la télévision).
À partir de "Star Wars 39", Archie Goodwin se vit donc confier la tâche d'adapter l'histoire du très attendu Episode V : "L'Empire contre-attaque". Et à cette occasion, Archie Goodwin put enfin collaborer sur "Star Wars" avec un collaborateur de longue date, Al Williamson.

George Lucas est un fan de longue date de Al Williamson, un grand admirateur du travail de l'artiste sur "Flash Gordon" et sur les EC Comics. Williamson était d'ailleurs le premier choix de Lucas pour illuster les strips de presse de "Star Wars", mais Williamson dut renoncer, puisqu'il était à ce moment le dessinateur du strip de l'"Agent Secret Corrigan" (avec Goodwin au scénario). Libéré de son contrat au début des années 80, Al Williamson passa sur "Star Wars" avec enthousiasme, d'abord avec l'adaptation de "L'Empire Contre-attaque" avant de reprendre le strip de presse.

"L'Empire contre-attaque" échappe aux défauts rencontrés sur de nombreuses transpositions de scénarios sur papier. Le découpage en 6 épisodes permet au scénariste de bénéficier de plus de place pour se concentrer autant sur les personnages que sur l'action. Il y a une véritable narration, avec du liant entre les cases, du souffle, et pas juste une accumulation de reproductions de plans tirés du film. La progression dramatique est forte et les enjeux montent bien en puissance, en conservant la tension propre à cet épisode important de la saga des étoiles. Ici, pas ou peu d'ellipses, mais des choix judicieux qui font de l'ensemble une lecture de qualité.

La minutie de Al Williamson, son imagination débordante, son sens du détail, ses silhouettes héroïques font merveille dans cette centaine de pages dynamiques et virevoltantes. Les délais de production font que certaines créatures n'ont peut-être pas été dévoilées à temps au dessinateur (les Wampas sont suggérés, on ne voit pas le gros ver de terre dans lequel se cache le Faucon...et Williamson a visiblement utilisé comme modèle une version non définitive de Yoda), mais ce petit "jeu des différences" s'efface devant la maestria de Al Williamson qui gratifie, comme il l'a souvent fait, le lecteur de planches superbes.

À suivre...



En bref

"L'Empire contre-attaque" est le meilleur épisode de Star Wars. Et "L'Empire contre-attaque" est aussi la meilleure adaptation en BD d'un film Star Wars. Point final. Bon, je développe un peu quand même... Publié entre 1977 et 1986, le comic-book "Star Wars" fut pendant longtemps le plus gros succès de l'éditeur Marvel. La déclinaison papier de l'univers de George Lucas permit à la Maison des Idées de garder la tête hors de l'eau pendant une période difficile économiquement parlant. Et dire que Stan "The Man" Lee n'était au départ pas du tout intéressé par la perspective de publier une bande dessinée de S.F. inspirée qui plus est par un film sur lequel personne ne misait un kopeck à l'époque. Mais Roy Thomas avait flairé le potentiel...and the rest is history, comme disent les américains... Passionné par le projet, Roy Thomas ne resta pourtant pas longtemps sur le titre après avoir adapté le premier film. Frustré par le manque de liberté créative (et peut-être aussi parce que Lucasfilm n'avait pas vraiment apprécié son personnage de lapin de l'espace), Roy Thomas passa les commandes au talentueux Archie Goodwin à partir du numéro 11. Ce fut le début de la première grande période du "Star Wars" version Marvel, avec Carmine Infantino aux dessins (et c'est par cette bande dessinée que j'ai découvert cet univers dans les pages du magazine "Titans" dans ma prime jeunesse, quelques années avant de voir enfin les films à la télévision). À partir de "Star Wars 39", Archie Goodwin se vit donc confier la tâche d'adapter l'histoire du très attendu Episode V : "L'Empire contre-attaque". Et à cette occasion, Archie Goodwin put enfin collaborer sur "Star Wars" avec un collaborateur de longue date, Al Williamson. George Lucas est un fan de longue date de Al Williamson, un grand admirateur du travail de l'artiste sur "Flash Gordon" et sur les EC Comics. Williamson était d'ailleurs le premier choix de Lucas pour illuster les strips de presse de "Star Wars", mais Williamson dut renoncer, puisqu'il était à ce moment le dessinateur du strip de l'"Agent Secret Corrigan" (avec Goodwin au scénario). Libéré de son contrat au début des années 80, Al Williamson passa sur "Star Wars" avec enthousiasme, d'abord avec l'adaptation de "L'Empire Contre-attaque" avant de reprendre le strip de presse. "L'Empire contre-attaque" échappe aux défauts rencontrés sur de nombreuses transpositions de scénarios sur papier. Le découpage en 6 épisodes permet au scénariste de bénéficier de plus de place pour se concentrer autant sur les personnages que sur l'action. Il y a une véritable narration, avec du liant entre les cases, du souffle, et pas juste une accumulation de reproductions de plans tirés du film. La progression dramatique est forte et les enjeux montent bien en puissance, en conservant la tension propre à cet épisode important de la saga des étoiles. Ici, pas ou peu d'ellipses, mais des choix judicieux qui font de l'ensemble une lecture de qualité. La minutie de Al Williamson, son imagination débordante, son sens du détail, ses silhouettes héroïques font merveille dans cette centaine de pages dynamiques et virevoltantes. Les délais de production font que certaines créatures n'ont peut-être pas été dévoilées à temps au dessinateur (les Wampas sont suggérés, on ne voit pas le gros ver de terre dans lequel se cache le Faucon...et Williamson a visiblement utilisé comme modèle une version non définitive de Yoda), mais ce petit "jeu des différences" s'efface devant la maestria de Al Williamson qui gratifie, comme il l'a souvent fait, le lecteur de planches superbes. À suivre...

9
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (536)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Star Wars
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)