8

Critique de Dark Vador #1

par bulgroz le mar. 8 mars 2016 Staff

Rédiger une critique
Dans l'introduction du comic-book on lit : « Dark Vador est le seul survivant de la destruction de l'Étoile Noire, qui marque la plus grande défaite militaire de l'Empire. Pourtant, lorsqu'on le retrouve au début de l'épisode V, il est un chef de guerre au faîte de sa puissance, plus impressionnant que jamais. Que s'est-il passé entre Un nouvel espoir et L'Empire contre-attaque ? »

Ce premier tome de Star Wars – Dark Vador se place entre les épisodes IV et V de la trilogie originale. Marvel respecte donc bien ce qui avait été annoncé : rompre avec l'univers étendu et se concentrer sur le développement d'histoires originales se déroulant entre les différents épisodes des films, afin de former un bloc cohérent.
C'est donc la fin d'une époque, celle de Star Wars chez Dark Horse, édité en France par Delcourt pendant plus de vingt ans.
La fin de l'époque Cheval Noir, certes, mais aussi un retour à l'écurie diront certains, puisque c'est déjà Marvel qui s'était vu confier l'adaptation d' « Un nouvel espoir » immédiatement après la sortie du film.
Il est d'ailleurs intéressant de constater que ce premier tome de Dark Vador trouve sa place exactement là où la Maison des Idées avait commencé la construction de l'univers étendu dès 1977… La période 1993 – 2014 se trouve donc automatiquement reléguée à l'état de « légende », non-officielle donc.

Cela dit, depuis le rachat de Marvel par Disney en 2009, l'annonce de la reprise de la saga Star Wars qui a suivi en 2014, n'a pas surpris grand monde.

Le concept même d'une série centrée sur Dark Vador est plutôt réjouissant tant le Sith a influencé la culture populaire ces quarante dernières années. Il est devenu, comme une bonne partie des personnages de la saga, littéralement mythique.
Les événements desquels part le comic – l'Étoile Noire a été détruite et l'Empereur est loin d'être ravi -, permettent de développer la relation entretenue entre Palpatine et son élève ; ce qui est une excellente occasion d'approfondir notre connaissance des faiblesses de Vador, de sa force (obscure évidemment) et de sa détermination.

Pour « Star Wars - Dark Vador », Marvel a dépêché deux de ses auteurs catégorie poids lourd, un choix plutôt sensé au vu des enjeux : côté scénario, Kieron Gillen (X-Men, Iron-Man, The Wicked + The Divine…) et Salvador Larroca (Invincible Iron Man, X-Men, Thor…) au dessin.

Le scénario est plutôt bon, très réussi même ! Kieron Gillen n'hésite pas à innover et à proposer des nouveautés - trop d'un coup peut-être - : personnages, vaisseaux, droïdes... Tout en dévoilant au compte-goutte les éléments de l'intrigue à suivre, et celle-ci s'annonce plutôt riche. Marvel affirme donc dès ce premier tome qu'il est tout à fait possible d'apporter de la fraîcheur et de l'inédit à Star Wars, même en dehors de l'univers étendu. Heureusement !

Graphiquement en revanche, j'ai été assez déçu du travail de Larroca. Je dois d'abord avouer que tout en reconnaissant son grand talent, je ne suis pas toujours fan de ses travaux.
Essayons de rester objectif : si certains plans très cinématographiques sont parfaitement réussis et si la composition est agréable, le tout manque d'originalité et reste dans un style comic-book très classique.
Je précise tout de suite : Larroca est ici très bon lorsqu'il s'agit de dessiner un stormtrooper, un droïde, un vaisseau ou une armure. Pour certains visages, c'est en revanche parfois franchement raté.

Avec ce premier tome de « Star Wars - Dark Vador », les auteurs parviennent à créer un ensemble très cohérent, le défi est donc relevé avec brio : Il est fait en permanence référence à la trilogie originale ainsi qu'à la prélogie (notamment la guerre des clones). Certains passages et dialogues raviront les inconditionnels de la saga tout en frôlant habilement le fan-service…
L'objet en lui-même est également réussi, bien qu'un peu cher (17.50 €) : une belle édition augmentée de quelques bonus.

Avec presque 40 ans, la saga Star Wars n'est donc pas prête de s'éteindre et manifestement, la Maison des Idées aux grandes oreilles en a encore sous le pied.

En bref

8
bulgroz Suivre bulgroz Toutes ses critiques (74)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Dark Vador
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)