9

Critique de Letter 44 #3

par Blackiruah le mer. 20 avril 2016 Staff

Rédiger une critique
Alors que le second volume nous avait laissé sur une déclaration de guerre mondiale, ce nouveau tome nous parachute 9 mois après en plein milieu du conflit où les 2 camps menés par le président des Etats Unis d’un côté et des Etats fédérés (l’AFE) guidés en secret par l’ancien président Carroll. Parallèlement, on découvre aussi la nouvelle vie de l’équipage du Clarke parmi les aliens dans le Chandelier.

Ce troisième volume est tout simplement époustouflant. J’ai été réellement surpris du tournant de cet album qui se déroule sur 3 intrigues en parallèle. Tout d’abord, on assiste à cette fameuse guerre où manœuvres politiques et tactiques militaires sont légions et rythment ce récit avec surprises à gogo que ça soit du côté de S.Blades ou de F.Carroll.
D’ailleurs, ce dernier va profiter d’une interview avec une journaliste pour nous raconter la création du « projet Monolith ». Ses dires nous permettront aussi de mieux comprendre le personnage qui nous réserve quelques surprises dantesques.
La dernière intrigue se situe bien dans l’espace avec l’équipage spatial dans lequel les protagonistes humains sont plus ou moins prisonniers des extra-terrestres (tout en bénéficiant d’une certaine liberté) mais ces derniers vont découvrir qu’un énorme astéroïde va heurter la Terre, comment avertir leur pays alors qu’ils n’ont plus de système de communication ? Ça sera tout le problème.
A travers ces 3 intrigues, nous n’avons pas le temps de nous ennuyer, le rythme est soutenu et Charles Soule a réussi à me surprendre à travers ses nombreux rebondissements qui rendent cette lecture complètement folle et haletante.

Graphiquement, Alberto Jiménez Alburquerque est à son aise. Son style qui pioche un peu dans tous les médias (mangas / franco-belges / comics) permet d’amener un dynamisme qui intensifie le récit, les expressions des personnages sont très communicatives et ses découpages de pages frappent souvent justes. Belle performance de l’artiste qui amène une touche de fraicheur visuelle parmi mes lectures.

Ce troisième volume de « Letter 44 » amène un vrai tournant dans la série. Résolument orienté action, le tout saupoudré par la politique et la science-fiction, le récit envoie du bois et ne laisse aucune pause dans cette lutte qui vous fera transpirer. Avec une telle fin, j’avais à la fois envie d’applaudir les auteurs et les maudire sur quelques générations à cause de cette énorme envie de découvrir la suite…. Enfin bon, vous l’aurez compris, ce 3ème tome est une vraie boucherie !

En bref

Alors que le second volume nous avait laissé sur une déclaration de guerre mondiale, ce nouveau tome nous parachute 9 mois après en plein milieu du conflit où les 2 camps menés par le président des Etats Unis d’un côté et des Etats fédérés (l’AFE) guidés en secret par l’ancien président Carroll. Parallèlement, on découvre aussi la nouvelle vie de l’équipage du Clarke parmi les aliens dans le Chandelier. Ce troisième volume est tout simplement époustouflant. J’ai été réellement surpris du tournant de cet album qui se déroule sur 3 intrigues en parallèle. Tout d’abord, on assiste à cette fameuse guerre où manœuvres politiques et tactiques militaires sont légions et rythment ce récit avec surprises à gogo que ça soit du côté de S.Blades ou de F.Carroll. D’ailleurs, ce dernier va profiter d’une interview avec une journaliste pour nous raconter la création du « projet Monolith ». Ses dires nous permettront aussi de mieux comprendre le personnage qui nous réserve quelques surprises dantesques. La dernière intrigue se situe bien dans l’espace avec l’équipage spatial dans lequel les protagonistes humains sont plus ou moins prisonniers des extra-terrestres (tout en bénéficiant d’une certaine liberté) mais ces derniers vont découvrir qu’un énorme astéroïde va heurter la Terre, comment avertir leur pays alors qu’ils n’ont plus de système de communication ? Ça sera tout le problème. A travers ces 3 intrigues, nous n’avons pas le temps de nous ennuyer, le rythme est soutenu et Charles Soule a réussi à me surprendre à travers ses nombreux rebondissements qui rendent cette lecture complètement folle et haletante. Graphiquement, Alberto Jiménez Alburquerque est à son aise. Son style qui pioche un peu dans tous les médias (mangas / franco-belges / comics) permet d’amener un dynamisme qui intensifie le récit, les expressions des personnages sont très communicatives et ses découpages de pages frappent souvent justes. Belle performance de l’artiste qui amène une touche de fraicheur visuelle parmi mes lectures. Ce troisième volume de « Letter 44 » amène un vrai tournant dans la série. Résolument orienté action, le tout saupoudré par la politique et la science-fiction, le récit envoie du bois et ne laisse aucune pause dans cette lutte qui vous fera transpirer. Avec une telle fin, j’avais à la fois envie d’applaudir les auteurs et les maudire sur quelques générations à cause de cette énorme envie de découvrir la suite…. Enfin bon, vous l’aurez compris, ce 3ème tome est une vraie boucherie !

9
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (478)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Letter 44
7
Letter 44 T.6

Letter 44 T.6 Staff

Lire la critique de Letter 44 T.6

4
Letter 44 T.5

Letter 44 T.5 Staff

Lire la critique de Letter 44 T.5

Boutique en ligne
16,95€
Boutique en ligne
16,95€
Boutique en ligne
16,95€
Laissez un commentaire