3

Critique de Lady Mechanika #2

par Blackiruah le ven. 18 nov. 2016 Staff

Rédiger une critique
Lady Mechanika est prête à infiltrer le dirigeable de Blackpool qu’elle suspecte d’être lié à la disparition Seraphina, la jeune fille mécanique présentant des similitudes avec l’héroïne. Sure d’en savoir plus sur ses origines, Cette dernière va investir la base volante, situation qui amènera des débuts de réponse.

Joe Benitez est avant tout un dessinateur de talent. Ainsi, la partie graphique de « Lady Mechanika » est vraiment sublime. J’ai été saisi par tous ces designs steampunk qui donnent un réel charme à la série. A vrai dire, c’est même peut être le titre le plus abouti visuellement dans le genre tant la performance est de qualité. D’ailleurs, tout ce petit monde prend vie à travers les crayons de l’auteur et il réussit à rendre ses planches très dynamiques amenant une lisibilité limpide et efficace.

Mais les illustrations ne suffisent pas à rendre une œuvre de qualité et « Lady Mechanika » en est un pur exemple… Le titre souffre d’une narration bien trop dense, de manière inutile : c’est tout le problème de ce volume. Trop de monologues tuent le monologue. La formule est surutilisée faisant perdre le fil de la lecture au point même de la rendre somnanlente par moment. Pourtant, Joe Benitez semble avoir été légèrement aidé au scénario par MM Chen (mais pas au point d’être crédité sur cet arc). Même si j’ai plutôt l’impression que cette aide arrive lors du dernier chapitre plus digeste, ce n’est pas assez pour laisser une bonne impression globale…

Pourtant, ce n’est pas le plus gros problème de ce second albu. Alors que j’étais plongé dans cette lecture voyant arrivé la fin de l’arc, je me rends compte que j’arrive presqu’à la moitié du volume. Donc je pensais que c’était chouette que Glénat nous gatait tout de même… Eh bien… Non. Une fois l’histoire finie, l’éditeur fait du remplissage sur plus de la moitié de l’album. Incroyable !
Le plus gênant est que le prix de ce tome est identique au précédent pour moins de BD, 2 previews, 6 pages d’interviews et un gros paquet de couvertures alternatives. Au final, c’est plutôt moitié comic-book, moitié artbook… Pour le même prix, c’est une erreur à mes yeux. Glénat aurait du publier tout l’arc en un volume plutôt que se risquer à faire un tel découpage…

En somme, « Lady Mechanika » est avant tout destiné aux amateurs de Joe Benitez qui réalise ici des planches magnifiques faisant honneur à la culture steampunk. Mais elle souffre d’une narration qui manque de fluidité et surtout d’un découpage éditorial complètement raté… Espérons que la suite relève le niveau tant du côté des auteurs – d’ailleurs Joe Benitez reconnait lui-même ses faiblesses – que de l’éditeur car l’univers posé ici a tout de même un sacré potentiel…. Qu’il ne faudrait pas gacher.

En bref

3
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (477)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Lady Mechanika
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Laissez un commentaire