9

Critique de Tony Chu, détective cannibale #12

par Blackiruah le ven. 24 févr. 2017 Staff

Rédiger une critique
« Tony Chu » fait partie de ces séries que je lis dès sa sortie, faisant fi de la longue attente que représente ma pile de lecture. Ce volume est d’ailleurs particulier puisqu’il s’agit de la grande conclusion de la saga… triste nouvelle dans le fond…

Ainsi, Mason Savoy s’est pendu pour s’offir en repas à Tony Chu pour lui fournir un bon lot de révélations mais aussi des instructions pour se dépétrer d’une situation qui se révèlera plus que jamais critique.
Pour cette conclusion, John Layman abandonne progressivement la bouffonnerie pour laisser place au drame. Dans ce sens, nous découvrons un héros dans la détresse qui se doit de subir les évènements avec fatalité au point de devoir faire l’impardonnable pour sauver son monde. Même si l’auteur parvient à maintenir, au fond, l’esprit loufoque de la série, tout est fait pour partager la peine de Tony Chu. Il apporte une belle dimension tragique pour une fin satisfaisante qui reste tout de même assez froide et pesante. Mais soulignons qu’elle répond complètement à toutes les intrigues : parfait !
Ce dernier volume contient aussi un épisode spécial sur Poyo qui permet de faire une pause récréative. C’est toujours aussi délirant et fun à lire et permet de soufler un peu avant la conclusion finale.

Rob Guillory aura marqué la série de sa patte graphique avec une grande générosité à travers les nombreux gags disséminés un peu partout mais aussi à travers ce style burlesque si original dont je suis un grand fan. J’espère le revoir sur de nouvelles séries timbrées où il fera assurément des merveilles.

Dotée d’une édition toujours impeccable, « Tony Chu, détective cannibale » est clairement un bijou des comics récents qui offrent une saga palpitante, drôle, originale mais qui se révèle un peu plus qu’une simple comédie. C’est, en fait, une tragi-comédie aux allures de thriller SF. Intéressant non ? En tout cas, n’hésitez pas à vous lancer dans cet univers diabolique (vu que le poulet est proscrit !) qui offre une belle palette de sentiments allant du rire à la compassion, enfin principalement du rire car c’est bien barré tout de même… et c’est tout ce que j’aime ! Tony Chu : un exemple à suivre pour toutes les séries comiques.

En bref

« Tony Chu » fait partie de ces séries que je lis dès sa sortie, faisant fi de la longue attente que représente ma pile de lecture. Ce volume est d’ailleurs particulier puisqu’il s’agit de la grande conclusion de la saga… triste nouvelle dans le fond… Ainsi, Mason Savoy s’est pendu pour s’offir en repas à Tony Chu pour lui fournir un bon lot de révélations mais aussi des instructions pour se dépétrer d’une situation qui se révèlera plus que jamais critique. Pour cette conclusion, John Layman abandonne progressivement la bouffonnerie pour laisser place au drame. Dans ce sens, nous découvrons un héros dans la détresse qui se doit de subir les évènements avec fatalité au point de devoir faire l’impardonnable pour sauver son monde. Même si l’auteur parvient à maintenir, au fond, l’esprit loufoque de la série, tout est fait pour partager la peine de Tony Chu. Il apporte une belle dimension tragique pour une fin satisfaisante qui reste tout de même assez froide et pesante. Mais soulignons qu’elle répond complètement à toutes les intrigues : parfait ! Ce dernier volume contient aussi un épisode spécial sur Poyo qui permet de faire une pause récréative. C’est toujours aussi délirant et fun à lire et permet de soufler un peu avant la conclusion finale. Rob Guillory aura marqué la série de sa patte graphique avec une grande générosité à travers les nombreux gags disséminés un peu partout mais aussi à travers ce style burlesque si original dont je suis un grand fan. J’espère le revoir sur de nouvelles séries timbrées où il fera assurément des merveilles. Dotée d’une édition toujours impeccable, « Tony Chu, détective cannibale » est clairement un bijou des comics récents qui offrent une saga palpitante, drôle, originale mais qui se révèle un peu plus qu’une simple comédie. C’est, en fait, une tragi-comédie aux allures de thriller SF. Intéressant non ? En tout cas, n’hésitez pas à vous lancer dans cet univers diabolique (vu que le poulet est proscrit !) qui offre une belle palette de sentiments allant du rire à la compassion, enfin principalement du rire car c’est bien barré tout de même… et c’est tout ce que j’aime ! Tony Chu : un exemple à suivre pour toutes les séries comiques.

9
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (477)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Tony Chu, détective cannibale
Boutique en ligne
16,50€
Boutique en ligne
16,50€
Boutique en ligne
16,50€
Laissez un commentaire