8

Critique de Lady Mechanika #3

par Blackiruah le mer. 29 mars 2017 Staff

Rédiger une critique
Après un premier arc gâché par une narration de mauvaise qualité et une édition tronquée, « Lady Mechanika » revient pour un nouvel arc qui m’a réservé bien des surprises.

Tout d’abord, Joe Benitez a appris de ses erreurs en laissant totalement le scénario dans les mains de Marcia Chen. Cette dernière nous emmène dans une aventure bien ficelée qui nous entraînera jusqu’en Afrique où l’héroïne va devoir sauver le grand père d’une jeune amie retenu prisonnier pour découvrir les mystères d’une cité perdue.
Parti avec une certaine méfiance, le récit a vite balayé mes doutes et je me suis laissé porté par les péripéties qui, bien que classiques, nous tiennent en haleine jusqu’à la dernière page. D’ailleurs, ce troisième volume est en quelque sorte une aventure de Tomb Raider version steampunk, orientation qui s’avère judicieuse.

Joe Benitez, libéré du scénario, se déchaîne aux dessins. Il en est même époustouflant. Dès les premières pages, j’ai été soufflé par la quantité de détails tant dans les décors, que dans la finition. Il suffit de voir les bordures des cases faites de parures stylisées steampunks qui donnent un certain charme au tout. Mais au-delà de l’atmosphère, les personnages semblent vivants, les designs de tous les protagonistes sont remarquables. J’ai l’impression que l’auteur a réellement saisi tout le potentiel de son univers, et a compris comment l’exploiter pleinement. C’est un vrai régal, encore plus quand l’artiste nous emmène à travers la jungle africaine.

Précédemment, j’étais passablement hérissé par le choix de Glénat d’avoir divisé un arc en 2 parties donnant lieu à trop peu de pages de BD par rapport à la moyenne du marché. Il semble que je ne sois pas le seul car ce nouveau volume ne reproduit plus la même erreur. L’album propose bien l’arc complet rendant la lecture bien plus agréable où nous apprécions la montée en puissance du récit qui se finit en beauté.

Enfin bref, ce troisième volume de "Lady Mechanika" est une excellente surprise au final. Joe Benitez a su redresser la barre en confiant le scénario à une vrai scénariste lui permettant de réaliser des illustrations excellentes. Avec ce nouveau volume, Lady Mechanika est la Lara Croft des univers Steampunk et c’est un parti pris très plaisant. L’attente s’est fait ressentir mais la franchise a peut être trouvé la bonne formule : à confirmer !

En bref

8
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (477)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Lady Mechanika
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Laissez un commentaire