7

Critique de The Boys #4

par Meudah le lun. 14 août 2017 Staff

Rédiger une critique
C’est le tome du clash ! On se doutait bien que la relation entre Annie et Hughie tournerait au vinaigre un jour ou l’autre. Que l’un des deux apprendrait la vérité sur l’autre. Tout éclate dans ce quatrième numéro et c’est le fil conducteur de celui-ci. Mais durant la première partie du tome, on fait connaissance avec une nouvelle super-équipe totalement loufoque : les Super Pépères. Hughie va de nouveau être en mission d'espionnage, comme il l’avait fait avec les G-MEN, et se prendre d’amitié pour cette bande de bras cassés dirigée par un méchant bien taré du nom de Malchimique. S’en suit un épisode porté sur la religion. On y découvre le business organisé par Vought America sur ce thème. Une sorte de méga foire où tout le monde peut expier ses péchés moyennant une “donation” à la hauteur de ceux-ci.
La deuxième moitié du livre est consacrée à la relation amoureuse entre Annie et Hughie. Comme je le disais plus haut, elle va être mise à mal par la découverte du poteau rose par Hughie. Celui-ci va se replier sur lui-même et retourner en Ecosse, dans son village natal, retrouver ses parents et amis. On y découvrira ainsi son passé avec des anecdotes farfelues, ses relations d’enfance et l’environnement où il a grandit.

L’histoire de Garth Ennis suit son cours doucement mais ce tome est plutôt une interlude sur la trame principale, à savoir la confrontation entre les Sept et l’équipe de Butcher. On se concentre sur Hughie et sa relation avec Annie, qui est très réaliste, contrairement à tout le reste toujours complètement barré. Ce réalisme fait qu’on s’attache beaucoup à ces deux personnages et l’on peut même facilement s’identifier à eux.

Au niveau des dessins, Darick Robertson et Russ Braun sont au top mais je suis moins fan de John McCrea qui a un dessin plus grossier et plat. Dommage car il occupe au moins la moitié de l’oeuvre. Pour les deux premiers, on observe toujours des expressions acérées qui véhiculent beaucoup d’émotions. La mise en page est top. On n’a aucun problème de compréhension, ce qui rend la lecture très fluide. La colorisation est correcte, les tons un peu désaturés et l’encrage efficace.

Un tome qui fait office d'accalmie avant la tempête et qui permet de nous concentrer sur la psychologie des personnages de Hughie et Annie. On y découvre leurs histoires respectives ce qui nous rapproche encore un peu plus de ces deux Roméo et Juliette version Ennis. Cela ne m’a pas déplu car ça donne de la consistance à l’oeuvre générale, même si, je dois bien l’avouer, le côté bourrin qui fait le charme de The Boys manque un peu dans celui-ci. Mon seul regret, le manque d'homogénéité au niveau dessin.

L'édition Select fait parfaitement le job. On a le droit au même contenu que la version Deluxe pour un prix et un encombrement moindre. Une introduction de Joe Rybandt, l'éditeur du comic-book, ainsi qu’un carnet de croquis et anecdotes à la fin du tome.

En bref

7
Meudah Suivre Meudah Toutes ses critiques (41)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de The Boys
Boutique en ligne
24,00€
Boutique en ligne
24,00€
Boutique en ligne
24,00€
Boutique en ligne
24,00€
Laissez un commentaire