6

Critique de Yûna de la pension Yuragi #5

par snoopy le mer. 14 nov. 2018 Staff

Rédiger une critique

Toujours aussi plaisante, la série Yûna de la pension Yuragi doit en majeure partie son charme à sa galerie de personnage tous aussi sympathiques à suivre les uns que les autres mais aussi aux délires de l'auteur qui trouve un bel équilibre entre coquinerie et émotion. Pour le moment, l'univers imaginé par Tadahiro Miura reste très agréable à découvrir et ne provoque aucune lassitude, on espère qu'il en sera de même sur le long terme. On dénote malgré tout une petite baisse de régime dans ce nouvel opus où les petites intrigues manquent de panache et se révèlent plus passe-partout que d'ordinaire. Espérons qu'il ne s'agit ici que d'un petit passage à vide et non d'une panne d'inspiration qui durera dans le temps. Ce qui serait d'ailleurs assez alarmant vu que la série est toujours en cours avec déjà douze volumes à son compteur et que le treizième sort fin d'année au Japon. Il faudra donc attendre la sortie du prochain volume fin novembre pour être rassuré par l'auteur!


Le premier chapitre consacré à notre féline héroïne, Yaya,  est assez adorable même si tout ira un peu trop vite à mon goût. Si on apprécie l'ambiance festive des premières pages, cette nouvelle mini- péripétie est réglée en deux trois coups de cuillères à pot grâce à l'intervention de notre héros toujours là quand on a besoin de lui. En gros, on aurait aimé en découvrir plus sur le lien de la jeune femme avec les esprits chats et on reste donc sur notre faim avec l'impression d'avoir assisté un spectacle sympa mais sans plus. Malheureusement, la quasi totalité des péripéties seront à peu de chose près du même acabit. A commencer par la petite discussion entre filles pour savoir comment faire succomber un garçon qui sert juste de prétexte à l'auteur pour cosplayer ses jolies héroïnes. Je n'ai pas retrouvé la petite touche d'émotion et de comique qui m'a jusqu'ici toujours séduite, j'ai même trouvé le lecture ennuyeuse à de nombreuses reprises alors que j'apprécie l'ambiance du titre depuis ses débuts. L'ensemble m'est apparu du coup beaucoup plus décousu avec des délires sympathiques mais vite oubliés.


Celui porté par le personnage d'Oborô se révèle déjà plus agréable, on apprécie toujours autant ce personnage qui apporte pas mal de fraîcheur et de comique lorsqu'elle essaie à tout prix d'obtenir les faveurs de notre héros. Un héros qui éprouvera quelques difficultés à composer avec la tornade qu'est Oborô, la voir poursuivre de façon maladroite sa campagne de séduction est assez drôle et adorable. Elle continue de nous faire sourire et on apprécie le petit rapprochement sur la fin.


Enfin, Hibari, la cousine de Sagiri, qu'on avait rencontrée un peu plus tôt devient une nouvelle pensionnaire de Yuragi. C'est assez drôle de la voir se mettre dans tous ses états lorsqu'elle découvre le quotidien de son prince charmant sans cesse entourée de superbes jeunes filles. La compétition sera rude. On termine par une petite salve de délires et de petits moments partagés entre les pensionnaires avec au programme une fête d'halloween où cosplay et blague coquine sont légion, un chapitre entier consacré à une méthode pour avoir une poitrine généreuse et un petit rapprochement Yûna/Furuzoka assez adorable. Et on finit la lecture sur l'ouverture de nouvelles intrigues autour de la fête culturelle qui on espère connaitront un dénouement plus intéressant que ce que le présent tome nous a offert. Affaire à suivre.

En bref

Alors que la série nous avait toujours offert une lecture plaisante entre humour, légèreté et émotion, les petits délires de ce cinquième opus se révèlent moins inspirés et agréables à suivre que ce à quoi nous a habitué l'auteur. Une petite perte de vitesse qui on l'espère devrait disparaître au prochain volume!

6
snoopy Suivre snoopy Toutes ses critiques (485)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Yûna de la pension Yuragi
Boutique en ligne
6,95€
Boutique en ligne
6,95€
Boutique en ligne
6,95€
Boutique en ligne
6,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)