Muchacho

drame

Nicaragua, 1976. Secondé par la sinistre Guardia, "Tachito" Somoza règne en maître sur ce petit pays d'Amérique centrale. Jeune séminariste, fils d'une grande famille de Managua, la capitale, Gabriel peint. Le Christ, la Passion, les saints. Il est doué pour ça. C'est la raison pour laquelle on l'envoie exercer son art auprès de Ruben, le prêtre de San Juan, un petit village niché dans la montagne. Peu apprécié des villageois, parce qu'il est le fils de son père, Gabriel devra apprendre à les connaître et à les aimer, encouragé par un Ruben l'exhortant à les peindre tels qu'ils sont, hommes et femmes de chair et de sang. Ainsi, en "soulevant la peau des choses", Gabriel découvrira la répression militaire contre les paysans, et contre lui-même le joug écrasant de sa sensualité. Pour lui comme pour les villageois, les temps sont à la révolte qui gronde et à la révolution qui couve...

Note globale 8,50 2
Les experts 8,00 1
Membres 9,00 1
Collection
Acheter
Les éditions Toutes les éditions
Muchacho édition Intégrale
Terminée en 1 tomes

Muchacho Intégrale

Dupuis - Aire libre

Muchacho édition Simple
Terminée en 2 tomes

Muchacho Simple

Dupuis - Aire libre

Dernière critique tome du staff
Muchacho T.2 8

Muchacho T.2

Au Nicaragua, dans les années 70/80, une guérilla combat la domination de la violence des forces armées et des grands propriétaires. Le fils de l'un de ces riches propriétaires a été envoyé au séminaire où ses dons artistiques pour la peinture ont été reconnus. Il est envoyé dans un coin perdu pour y créer une fresque. Mais il va surtout y découvrir la vie du peuple avec les violences de tous les ...

Lire la critique de Muchacho T.2

Dernières critiques des membres Rédiger une critique
Vous pourriez aimer

Si vous connaissez cette oeuvre, n'hésitez pas à en proposer des similaires, même si elles sont déjà présentes ci-dessous. Les suggestions sont classées par nombre de votes pour que le système soit le plus efficace possible.

Dernières activités des membres sur cette oeuvre
ginevra

Slurpese

Commentaires (0)
Laissez un commentaire