Le Spirou de... 7 - La femme léopard simple

aventure

Bruxelles, 1946. Une implacable canicule s'abat sur la capitale belge, encore très marquée par la Seconde Guerre mondiale. Sur les toits, une femme-léopard fuit, poursuivie par deux robots inquiétants au look de pygmées géants, et trouve refuge au Moustic Hôtel, dans la chambre mansardée du colonel Van Praag, un vieux colon irascible. Découverte par ce dernier, la sculpturale jeune femme est blessée à l'épaule par le vieillard à la gâchette sensible. C'est à ce moment qu'intervient Spirou.
Un Spirou méconnaissable... qui s'est mis à picoler ! Car, incapable d'oublier la jeune Audrey, l'héroïque groom a pris la mauvaise habitude de noyer régulièrement son spleen dans l'alcool. L'irruption d'Aniota, la femme-léopard, va agir comme un électrochoc sur Spirou, car l'étrange créature va l'entraîner dans une grande aventure africaine à la recherche d'un fétiche volé à sa tribu ! Et après un petit détour par Saint-Germain-des-Prés, Spirou et Fantasio se retrouveront sur la piste de nazis (eh non, ils n'étaient pas tous morts) chercheurs d'uranium qui poursuivent, à coup sûr, de sombres desseins...





Le retour du Spirou du "Groom vert-de-gris" pour une aventure brusselo-parisiano-africaine dans l'immédiat après-guerre.

Le Spirou de... 7 - La femme léopard
Acheter
  • 246
  • 13
  • 0
Collection Shopping list Je vends
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Les autres tomes (18)
Critiques
Le Spirou de... T.7

Le Spirou de... T.7 Staff

7

Nous retrouvons Spirou, toujours groom faute de mieux mais plus vert de gris, qui a visiblement du mal à se remettre de ses aventures de guerre et de la perte de la petite Audrey. Dépressif, sombrant dans l’alcool, il pourrait atteindre le fond si une femme léopard ne faisait irruption dans sa vie pour l’emporter vers de palpitantes aventures. Le grand format réussit bien à Spirou dans une illus...

Lire la critique de Le Spirou de... T.7

Commentaires sur cette fiche (0)
Laissez un commentaire