Désir sous la pluie 1 simple

Histoires courtes Social

Durant la période couverte par ce sixième volume, la production de Yoshiharu Tsuge connaît un nouveau passage à vide. Marqué par la dépression, affaibli par les traitements psychiatriques auxquels il est soumis et fatigué par les efforts que lui demande la bande dessinée, Tsuge est bien décidé à renoncer à son métier pour devenir antiquaire. Après les trois premiers récits qui ouvrent Désir sous la pluie, il cesse de publier pendant presque trois ans, ne revenant à la bande dessinée qu’en 1984, sur l’insistance de l’éditeur Hiroshi Yaku, qui propose de créer un trimestriel autour de son nom. Tsuge livre des récits moins torturés que dans Saisi par la nuit (œuvres 1975-1981) et se montre étonnamment régulier. Puisant majoritairement son inspiration dans son enfance et sa jeunesse au dépend des visions oniriques qu’il avait privilégiées les années précédentes, il donne des suites ou des compléments
à des histoires publiées par le passé. Mais, fidèle aux principes du Watakushi manga (le manga du moi), il s’attache moins à la réalité des faits qu’à la vérité des émotions. Il se représente sous des identités et des visages changeants, moins soucieux de raconter ses souvenirs que de suivre le fil impressionniste de ses perceptions. Il laisse aussi libre cours au déploiement de ses obsessions sexuelles, brodant sur des bases autobiographiques les motifs récurrents de ses fantasmes. La forme des récits et leur traitement graphique affirment une quête de simplicité entièrement dirigée vers l’expression de la complexité émotionnelle. Tsuge trouve ici sa pleine maturité, quelques mois avant d’entamer L’homme sans talent.

Désir sous la pluie 1
Acheter
  • 13
  • 4
  • 0
Collection Shopping list Je vends
Boutique en ligne
26,50€
Boutique en ligne
26,50€
Boutique en ligne
26,50€
Boutique en ligne
26,50€
Critiques
Commentaires sur cette fiche (0)
Laissez un commentaire