9

Critique de Les Tortues Ninja #5

par Auray le lun. 28 janv. 2019 Staff

Rédiger une critique
Cowabunga !

Souvent, on aime peu les tomes de transition, car ils sont souvent délaissés au niveau de l'intrigue ou des dessins. Pourtant, une fois n'est pas coutume, ce tome fait fi de ces deux constatations car il s'agit d'un très bon cru, en plus de faire revenir Mateus Santolouco.

Au début, les tortues sont de retour dans leur très chère ville de New York, pourtant on comprend très vite qu'ils vont devoir faire profil bas, car les hommes de Shredder ont pris possession des lieux. Ils vont alors préparer un plan complexe, qui se dessine sur plusieurs niveaux et chapitres.

Le premier chapitre s'occupe de finaliser les événements à l'encontre du clan des Dragons, et plus rien ne sera pareil entre leur chef et le père de Casey à l'encontre de son fils. La dernière image est un véritable clin d'oeil à Spider-man No more, où celui-ci délaisse son costume dans une poubelle, ici, il laissera de côté son rôle de chef ou de père ? A lire d'urgence !

Le deuxième chapitre laisse une plus grande place à Angel dans l'équipe, ce qui n'est pas pour me déplaire, puisqu'elle contient un bon capital sympathie. Une partie du plan se dessine avec elle, puisque celle-ci peut devenir une nouvelle allier. Mais la technologie aura-t-elle raison d'elle, ou va-t-elle se l'approprier ? Une excuse pour ramener Harold, le scientifique, et ses inventions jamais complètement finies, sur le devant de la scène, pour une histoire drôle et classique dans le sens noble du terme.

Puis, on en a pas fini avec Stockman, ce labo responsable du mutagène, puisqu'une de ces scientifiques a été enlevé par Hob et Slash. Ce dernier a encore les paroles de Mikey en tête, et souhaite à son tour être un héros, quitte à s'injecter une solution qui le changera à jamais... en bien ou en mal ? Pendant ce temps, Casey enchaîne sur un deuxième acte avec papa, il risque bien sa vie ici. On peut aussi perdre des amis si on continue dans ce sens, au lieu d'en gagner comme il faudrait !

Enfin le dernier chapitre va plus loin encore dans les événements en devançant les trames futures, effectivement, on nous présente un nouvel ennemi malicieux et charismatique sous le doux nom de « Rois des rats ». L'occasion à Léonardo de vérifier s'il peut bien à présent éviter les lavages de cerveaux. N'est-il pas fou pour se remettre en danger comme ça ?

Encore une fois Mateus Santolouco crée une partie graphique où les tortues peuvent être mignonnes, comme belliqueuses, tout en respectant le caractère de chacun. Il crée aussi un design pour le nouvel ennemi très réussi, correspondant parfaitement à ce monde, ainsi que des batailles bien cadrées et dynamiques. Il faut dire que les couleurs de Ronda Pattison y sont aussi pour quelque chose, dans son choix pertinent pour les scènes de nuit, ou pour les événements se déroulant dans les égouts, comme pour le choix des vêtements.

Un tome de transition qui ne ressemble pas du tout à quelque chose d'ennuyeux, au contraire, le scénario grimpe, marche par marche, pour mieux admirer une vue incroyable d'en haut, des réussites des différents artistes comme de nos tortues. Et, si vous souhaitez revoir le début de leurs aventures, sachez qu'une intégrale chez Hi comics réunissant les quatre premiers tomes des Editions Soleil a été confirmé, et il n'y en aura pas pour tout le monde, alors surveillez tout ceci de près sur Sanctuary !

En bref

Un incroyable tome de transition, avec un scénario en béton, aidé des dessins du maître ninja Santolouco ! Le meilleur cycle moderne des tortues, tout simplement !

9
Positif

Les différents plans du scénario

Les dessins impeccables de Mateus Santolouco

Les couleurs de Ronda Pattison

Un des meilleurs cycles de tortues

Negatif

Vite, viens mois d'avril pour la suite, je t'invoque !

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (246)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Les Tortues Ninja
Boutique en ligne
15,90€
Boutique en ligne
15,90€
Boutique en ligne
15,90€
Laissez un commentaire