9

Critique de Chroniques de Corum #1

par Le Doc le mer. 30 janv. 2019 Staff

Rédiger une critique
Corum, Champion Eternel, Prince à la Robe Ecarlate...

Les éditions First Comics n'ont pas dépassé les dix ans d'activité, mais ces quelques années (de 1983 à 1991) font partie des plus importantes sur le plan du paysage éditorial de la bande dessinée indépendante américaine, avec cette mise en avant d'auteurs qui ont pu développer des sujets forts dans des séries en creator-owned qui n'étaient pas soumises au Comics Code . First Comics a publié le American Flagg!  de Howard Chaykin, le Grimjack de John Ostrander et Timothy Truman, le Nexus de Mike Baron et Steve Rude ou encore le Dreadstar de Jim Starlin, pour ne citer que quelques titres. 

Entre 1985 et 1989, First Comics s'est également lancé dans l'adaptation en bandes dessinées de romans de l'écrivain britannique Michael Moorcock, et plus précisément ceux qui chroniquent les aventures des différentes incarnations du Champion Eternel. Le Champion Eternel, c'est le gardien de la Balance Cosmique, celui qui représente l'équilibre (même s'il n'est pas vraiment un modèle d'équilibre lui-même) dans un monde...ou plutôt des mondes pris dans des conflits sans fin entre l'Ordre et le Chaos. First Comics a consacré plusieurs mini-séries à trois Champions Eternels : Elric de Melniboné, Corum Jhaelen Irsei et Dorian Hawkmoon. 

J'ai découvert le fascinant Multivers de Michael Moorcock il y maintenant deux décennies (fin 1999, début 2000 je pense). Je n'ai pas tout lu, mais j'en ai dévoré une vingtaine de romans et j'ai d'ailleurs débuté par ceux de Corum avant de lire Elric (personnage que j'ai découvert en comics, dans un numéro de Conan the Barbarian publié par Marvel). Ma dernière lecture de Moorcock remonte maintenant à plusieurs années mais j'en ai toujours gardé d'excellents souvenirs qui sont remontés à la surface à la lecture de ce premier tome des Chroniques de Corum (qui, me semble-t-il, est assez fidèle au premier roman, Le Chevalier des Epées), sorti ce mois-ci chez Delcourt et qui suit le modèle de la récente réédition de ces épisodes datant des années 80 par Titan Comics.

Delcourt, c'est un peu la maison de Mike Mignola en France et il est donc naturel que Les Chroniques de Corum rejoignent le catalogue de l'éditeur. Les années 80 étaient très prolifiques pour Mignola et en 1987, le futur créateur d'Hellboy était entre deux projets pour DC (les mini-séries World of Krypton et Cosmic Odyssey) lorsqu'il s'est engagé sur cette transposition en bande dessinée des écrits de Michael Moorcock. Si j'aime beaucoup l'évolution de ses dessins sur son univers personnel développé à partir des années 90, je reste également un très grand fan de son style  dans la première partie de sa carrière. Et Les Chroniques de Corum en est une très belle démonstration : les compositions sont splendides, les pages sont visuellement très riches, les décors et les costumes sont soignés jusqu'au plus petit détail, les personnage sont bien campés. Mike Mignola a collaboré avec Rick Burchett et Kelley Jones à l'encrage et Ripley Thornhill et Linda Lessman aux couleurs pour un résultat beau et puissant, qui restitue idéalement les différents aspects du récit.

Adapter un roman en bande dessinée peut être un exercice difficile (on peut dire la même chose des comics qui reprennent des scénarios de films)...mais Mike Baron (Nexus, Punisher...) s'en est très bien sorti. Il y a beaucoup d'informations données dans les premiers récitatifs, mais sans alourdir la lecture. L'histoire de Corum, le Prince à la Robe Ecarlate, est tragique, épique, poétique, étrange (comme l'est l'ébouriffante quatrième partie, pleine de concepts hallucinants)...les péripéties s'enchaînent et font évoluer le héros-titre dans un monde qui a changé et qu'il "ne comprend plus vraiment", comme Alex Nikolavitch, qui signe l'excellente traduction, le mentionne dans sa postface. 

Comme je l'ai précisé plus haut, cela fait maintenant pas mal de temps que je n'ai pas ressorti mes Moorcock de mes étagères. Redécouvrir l'un des mondes de son Multivers par le biais de ce très beau premier tome fut donc une expérience de lecture très agréable...que j'ai hâte de renouveler avec le second volume déjà annoncé, La Reine des Epées.

En bref

9
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (443)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Laissez un commentaire