7

Critique de Chroniques de Corum #3

par Le Doc le mer. 26 févr. 2020 Staff

Rédiger une critique
Le Roi des Epées

Le Roi des Epées, troisième volume des Chroniques de Corum, complète l'adaptation du premier cycle des aventures du Prince à la Robe Ecarlate, incarnation du Champion Eternel sorti de l'imagination du romancier britannique Michael Moorcock. La version comics du second cycle avait débuté avec la mini-série The Bull and the Spear, mais celle-ci est restée inachevée suite à la faillite de l'éditeur First Comics. Mais pour ceux qui ne connaissent pas les romans, Le Roi des Epées (The King of the Swords en version originale) offre une fin satisfaisante à cette première période de la vie de Corum Jhaelen Irsei en ne laissant pas le lecteur sur un cliffhanger.

Créativement, la série avait déjà connu des bouleversements avec le départ du dessinateur Mike Mignola après 6 numéros. Jackson Guice a alors complété La Reine des Epées, avant d'être remplacé par Ken Hooper et Jill Thompson pour Le Roi des Epées, Kelley Jones essayant de donner une cohérence visuelle à l'ensemble par son encrage. Mais même si les planches de Ken Hooper ne sont pas inintéressantes, elles n'ont pas la force de celles de ses prédécesseurs. C'est donc un peu plus inégal et j'avoue une petite préférence pour le dernier épisode dessiné par une Jill Thompson qui n'avait pas encore développé le style qu'on lui connaît mais dont le talent était déjà très prometteur.

Il y a également un autre changement d'importance au scénario. Mike Baron, qui s'occupait des adaptations depuis le premier numéro, a passé le relais à un jeune scénariste méconnu (en tout cas, je n'avais jamais rien lu de lui jusqu'à présent), Mark Shainblum, pour les trois derniers chapitres du Roi des Epées. Une transition qui s'est faite de manière plutôt fluide, Shainblum trouvant rapidement ses marques pour chroniquer le périple à travers les différents plans d'existence de Corum et de ses compagnons, sa belle Rhalina et le fidèle Jhary-a-Conel.

Les romans de Moorcock sont courts, on est loin des pavés de J.R.R. Tolkien, l'auteur va donc souvent à l'essentiel, sur un rythme soutenu. Au fil des albums, il y a un petit côté répétitif qui se dégage de la construction des récits, mais ce n'est pas si gênant : encore une fois, les péripéties sont captivantes et il y a une certaine émotion dans les moments où la tension se relâche (comme lors de ces instants partagés entre Corum et Dame Jane). Dans cet ultime assaut contre les forces du chaos, qui témoigne à nouveau de la richesse des univers de Moorcock, Corum recevra l'aide de deux autres incarnations du Champion Eternel, Elric et Erekosë, dans une rencontre qui fait une jolie démonstration des caractéristiques de ces trois héros. Et le combat final entre Corum et son vieil ennemi au nom imprononçable, Glandyth-A-Krae, boucle efficacement la boucle !


En bref

La lecture est complétée par une introduction du scénariste Mark Shainblum et par une postface sur l'univers de Michael Moorcock en bande dessinée signée par Alex Nikolavitch, également auteur de l'excellente traduction.

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (552)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Chroniques de Corum
Boutique en ligne
10,99€
Boutique en ligne
10,99€
Boutique en ligne
10,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)