7

Critique de Good Bye, Red Beryl #3

par Tampopo24 le dim. 9 août 2020 Staff

Rédiger une critique
Se transformer ou rester humain ?

Il est déjà temps de dire au revoir à nos vampires qui essaient de vivre comme des humains.

Première série de plus de un tome de l'autrice, ce boys love m'aura vraiment séduit par ses dessins et la construction de ses personnages. Mais je ne peux m'empêcher de trouver ce dernier tome un peu plus faible et brouillon que les précédents.

On revient encore une fois avec une certaine lourdeur sur le thème de la transformation ou non du compagnon de Kazushige en vampire. C'est un thème récurrent de l'histoire mais quand on pense qu'il a été réglé, il est un peu lourd pour ne pas dire mal venu de le remettre sur le tapis, je trouve. Du coup, tout le début du tome est un peu répétitif et anecdotique. Au final, seule la fin et le récit du passé de Masakado et Moronatsu m'a intéressée.

En effet, on a déjà un peu vu en long en large et en travers la relation du couple principal et je ne vois pas trop ce que l'autrice aurait pu en dire de plus. Du coup, ce n'est clairement pas elle qui m'a intéressée ici, à part dans l'ultime chapitre où j'ai trouvé la solution proposée un peu trop facile et surtout déjà vue et revue, même si elle a le mérite de satisfaire tout le monde du coup. Leur couple était d'ailleurs mignon à suivre avec le classique seme x uke, où l'un est réservé et l'autre plutôt fonceur. Cependant, il y a un brin trop de scènes de sexe explicites pour moi, surtout qu'elles manquent cruellement de variété et répètent sans cesse le même schéma, heureusement qu'on s'est attaché aux personnages individuellement. Kazushige ne peut qu'émouvoir avec son passé humain et les pertes qu'il a vécu ; et Akihito est beau dans son amour inconditionnel pour lui.

Mais clairement, le moment que j'ai préféré dans ce tome, et il fut un peu bref, c'est le récit du passé de Masakado et Moronatsu. La relation de ces derniers m'intriguait depuis le début, voire me dérangeait parce que l'autrice y faisait sentir des relents de pédophilie assez dérangeants. Sauf qu'en assistant à la transformation de Moronatsu et en voyant de quelle famille il venait, on découvre une relation bien plus complexe et touchante entre les deux, proposant une lecture bien plus nuancée du personnage ambigu de Masakado. J'ai beaucoup aimé et pour ne rien gâcher le décor ancien est superbe !

Ainsi, l'autrice a beau dire, dans la postface cachée sous la jaquette, qu'elle n'est pas totalement satisfaite de sa série avec laquelle a elle eu des soucis, moi j'ai passé un beau moment avec ces personnages. 

En bref

J'ai aimé cette lecture du mythe vampirique. Je trouve juste que sur la fin, l'autrice ne savait plus trop comment développer et boucler son histoire donc j'ai eu le sentiment qu'elle se prenait les pieds dans le tapis à plusieurs reprises avant de trouver sa voie. Mais l'ensemble était vraiment prometteur et je suis curieuse de voir ce qu'elle pourra proposer comme nouveau titre, nouvelle intrigue, nouveaux thèmes car j'ai ressenti beaucoup de sensibilité ici.

7
Positif

Une lecture émouvante et sensible du mythe vampirique

Des personnages attachants

La découverte du passé de Moronatsu permettant une nouvelle lecture de Masakado

Une solution satisfaite au dilemme d'Akihito et Kazushige

Negatif

Un final un peu brouillon où on sent que l'autrice rame pour trouver comment conclure

Un schéma répétitif jusque dans les scènes de sexe

Une solution trop facile et déjà vue

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (350)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Good Bye, Red Beryl
Boutique en ligne
8,99€
Boutique en ligne
8,99€
Boutique en ligne
8,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)