7

Critique de Carthago #12

par vedge le mer. 3 mars 2021 Staff

Rédiger une critique
Hybridation

Retour vers le passé avec les deux derniers tomes 11 et 12, de la série Carthago, aux origines de la naissance de Lou. La première partie de cet opus est un récit d’horreur et de chasse au requin, dans le genre « Les dents de la mer », avec ce qu’il faut d’information zoologique sur ce grand prédateur pour accroitre le sentiment d’angoisse de ce thriller marin.

La suite s’intéresse plus à Kane, l’homme triton et à une idylle naissante, permise grâce à la protection de London Donovan, dont on découvre une nouvelle facette, profondément ancré dans l’empathie. On ne peut en dire autant du centenaire des Carpates, que la mégalomanie et la toute puissance autorisent à toutes les extrémités.

Le dessin, repris par Ennio Buffi depuis le tome 6, très réaliste, donne d’autant plus de souffle au récit, qui mélange horreur, aventures et fantastique de manière crédible et bien dosées.

« Homme libre, toujours tu chériras la mer » ; Ce poème de Charles Baudelaire est particulièrement adapté à ce tome, peut-être même à la série. De tous les prédateurs, homme ou requin, on ne sait lequel est le plus effroyable.

En bref

Retour en arrière pour découvrir, au terme d’une chasse au requin homérique, les origines de Lou.

7
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2358)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Carthago
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)