9

Critique de Mégafauna

par ginevra le lun. 19 avril 2021 Staff

Rédiger une critique
Un album aussi brillant que surprenant.

Deux espèces humaines se partagent le monde. Il y a les néandertaliens au nord (appelés nors au sud) et les sapiens au sud (appelés mérogs au nord). Des échanges commerciaux par troc avaient lieu régulièrement, mais depuis quelques années ils ont cessé. Le sud risque la famine car ils donnaient étoffes, épices et pierres précieuses en échange de vivres, de bétail, de bois et d'or. Une sorte d'ambassade va être envoyé par les sapiens à la muraille qui les séparent des néandertaliens pour tenter de relancer les relations entre les deux groupes humains. Ce sont Timoléon de Veyres et son ami Pontus Lamproi, médecins débutants, qui sont choisis pour cette mission.

Nicolas Puzenat a réussi à créer un monde médiéval coupé en 2 mais particulièrement intéressant. Les 2 espèces humaines en question ont des façons de vivre très différentes. Mais ils ont les mêmes préjugés les uns envers les autres : mauvaises odeurs, mauvaises manières, religions démoniaques… toujours à propos des autres, bien sûr. Les néandertaliens sont des protecteurs de la nature tandis que les sapiens ont tout ravagé de leur côté, mais la mégafaune est soit évoquée ou montrée par la néandertalienne soit vue dans un défilé. Les dessins sont très réussis et donnent une force étonnante au récit en le rendant encore plus crédible. Les quelques grandes créatures justifiant le titre semblent tout droit sorties des livres de zoologie préhistorique.

J'ai bien aimé tout le contexte créé par l'auteur autour des religions des deux peuples. Du côté nord, des déesses souterraines avides de dons de pierres précieuses jétées dans des puits et des dieux mauvais dans le ciel qui obligent les gens à se "déguiser" en animaux avec des chapeaux et pelisses, à cacher leurs maisons comme des collines et à camoufler le mur de séparation en falaise. Du côté sud, un dieu unique qui s'est sacrifié pour sauver les hommes en se laissant pendre jusqu'à ce que la tête soit séparée du corps.

Une question demeure à la fin : l'amour, autre que physique, aura-t-il vraiment joué un rôle ou toute cette histoire n'est-elle que de la politique machiavélique orchestrée par les dirigeants sapiens?

En bref

Un album à part où Nicolas Puzenat a su créer une Terre habitée par deux espèces humaines qui se sont développées en parallèle selon des concepts de base très différents concernant la nature, la religion, les traditions… mais où les politiciens sont aussi implacables des deux côtés du mur de séparation.

9
Positif

contexte particulièrement travaillé

dessins adaptés au récit

scénario brillant

Negatif

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (1985)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Mégafauna
9
Mégafauna

Mégafauna Staff

Lire la critique de Mégafauna

Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)