9

Critique de Kaguya-sama : Love Is War #5

par Auray le lun. 4 oct. 2021 Staff

Rédiger une critique
Je ne vois plus le feu d'artifice

Je ne le répèterais jamais assez, « Kaguya-Sama love is war » est une bonne pioche pour tous ceux qui aiment les comédies romantiques... qui sortent de l'ordinaire ! Depuis maintenant quatre volumes, la série nous tient en haleine avec presque rien, juste des petits gestes du quotidien décortiqués et analysés, sans compter la psyché d'adolescent mise sous loupe. Mais comment fait Aka Akasaka pour se souvenir de tout ? Ça me semble si loin pour ma part... et pourtant ! Cela peut parfois résonner avec ma propre timidité d'autrefois ! Et vous, la série vous rappelle des souvenirs amoureux inavoués ?

La première partie du livre est juste un exemple de maîtrise et de délicatesse. On part en vacances d'été, soit les fameux moments entre amis, de partage, de franches rigolades, de lecture ou de sport... Sauf, que ce n'est pas du tout le cas pour nos deux têtes pensantes, Miyuki Shirogame et Kaguya Shinomiya, les deux principaux responsables de la BDE (Bureau Des Élèves) qui boudent chacun de leur côté.

Les deux premiers chapitres s'amusent à nous faire languir en prenant ces deux-là, mais sans jamais les faire rencontrer, que ça soit numériquement par SMS ou par Twitter, et donc, par conséquent, aussi physiquement. Les têtes de mule sont de retour, mais cette fois, la distance œuvre. On rit de la jeune fille qui découvre tardivement ce réseau social et son fonctionnement, parfois complexe pour le novice, il faut l'avouer.

Après un chapitre formidable de « pause » sur la malicieuse Chika et les ramen, on reprend cette trame où l'aventure attend à chaque tournant la demoiselle riche, mais bien seule au final. Arrivera-t-elle à conquérir son rêve d'été de voir enfin un feu d'artifice en dehors de son énorme demeure ? Est-ce que ses amis vont l'attendre au final ? Ils l'ont peut-être oublié le temps d'un été ?

Par la suite, avec cette petite rentrée des classes, on reprend notre quotidien et notre dose de chapitre au sein de l'académie de Shûshiin. Et nos héros, vont-ils réagir comment après la nuit du feu d'artifice ? On y verra aussi que l'été peut changer complètement un couple, ou le look d'un personnage. Sinon, on s'amusera aussi avec les dates de naissance, ou encore, avec les prises d'options d'apprentissage. Chika reprendra de nouveau en main le président de la BDE : après les cours de chant, nous verrons comment préparer du poisson... en le tuant auparavant et le touchant ! C'est juste impossible, non ? En parlant de ça, il faudrait surtout pas que notre gars prenne l'option chant, non ? C'était une catastrophe la dernière fois pour nos oreilles !

On pardonne bien volontiers l'auteur de ne pas avoir eu le temps de faire ces fameuses petites scénettes sur les couvertures rigides. Déjà parce que le texte laissé est encore une fois farfelu, de plus, les idées regorgeantes dans la totalité de ce tome sont encore une fois une tuerie ! Et je ne parle pas que du poisson ou des films d'horreur en écrivant ceci ! Sinon, je vous ai déjà dit que « Kaguya-Sama love is war » était un indispensable à toute bonne mangathèque ?

En bref

« Le rideau se leva sur les vacances d'été... et trois semaines passèrent ! Rien de spécial... ne s'est produit ! »

9
Positif

Un tome poétique et drôle

Les épisodes du feu d'artifice et le plein d'émotion qui lui sont liés

Les autres épisodes sont très bien également

Les ramen ou la joie de vivre

Negatif

Une série au Japon toujours en cours avec vingt-trois tomes à son actif... on est en retard ! Vite, la suite !

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (584)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Kaguya-sama : Love Is War
Boutique en ligne
7,20€
Boutique en ligne
7,20€
Boutique en ligne
7,20€
Boutique en ligne
7,20€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)