8

Critique de Mattéo #4

par MassLunar le dim. 10 oct. 2021 Staff

Rédiger une critique
Quand Mattéo lutte à nouveau...

Suite à un été oisif mais dans lequel se dessinait quelques tensions politiques avec l'ombre du fascisme, voici que Mattéo, suite à un meurtre, prend la fuite en compagnie d'Amélie, la belle et gracieuse infirmière rencontrée durant la grande guerre et le caractériel Robert bien décidé à bouter du franquiste. Le trio s'enfuit donc vers l'Espagne de 36 , c'est le début de la guerre civile et le début d'une nouvelle lutte pour Mattéo dont on ne sait plus trop si c'est un fugitif blasé ou un guérillero acharné. Peut-être un peu des deux... Dans tous les cas, cet héros créé par Gibrat est toujours aussi porté par l'Histoire bon gré, mal gré à travers le dessin aiguisé et magistral de l'auteur.

L'été s'achève ici dans les couleurs chaudes de Barcelone et du petit village d'Alcetria. Il y a une petite saveur de western dans cet album, notamment à travers ces environnements désertiques, cette attente aussi face à des phalangistes bien décidés à ne pas laisser entrer d'anarchistes dans Alcetria. Au coeur de ces paysages ensoleillés et poussiéreux, Gibrat introduit quelques nouveaux personnages tel que Sergio, un anarchiste doté d'une certaine bonhommie, une gueule à la Ventura comme seul l'auteur est capable de si bien les dessiner ou encore un aviateur anglais plutôt snob dont le coeur s'envole pour Amélie. Cette dernière s'affirme encore plus dans cet album. Personnage important de la série, Amélie est passée du stade de la douce infirmière pieuse à la battante affirmée et brave qui recoud toujours les blessures mais ne s'en laisse pas conter.

Gibrat dessine à merveille ses personnages féminins même si il faut bien avouer que ces personnages reposent un peu sur le même style graphique, sur les mêmes expressions  comme l'illustre la caractérielle polonaise dont on retrouve un peu les mêmes traits que la combattante communiste du second volume avec, cependant, un tempérament  encore plus tranchant.

Sans aucun doute, Gibrat sublime les femmes, leur apporte une belle sensualité mais force est de reconnaître qu'elles sont aussi moins expressives, moins nuancées dans le dessin en terme d'expressivé. C'est beaucoup plus subtile mais c'est aussi cette subtilité qui définit aussi le dessin de Gibrat. Il glisse des gueules dans cette série comme il laisse passer des anges.

On ne s'ennui pas dans cet album qui est un peu moins bavard que le précédent. A travers la voix de Mattéo, on devine aussi quelqu'un qui risque de tomber dans la désillusion mais qui continue à se battre, à vivre malgré tout. Quelques belles idées illustrent aussi cet opus comme la pause clope partagée avec le gros propriétaire de l'hacienda qui illustre deux visions du monde comme notre héros le déclare si bien : "Nous regardions le même paysage sans y  voir la même Espagne". Jean-Pierre Gibrat continue de confirmer aussi bien par le dessin que par l'écriture en jouant sur le même tableau entre des dialogues justes et surtout la voix-off posée et rêveuse de Mattéo.

La fin est par contre un peu abrupte pour cet album qui se clôture sur un suspense un peu brutal autour du sort d'Amélie et de son compagnon-aviateur. Cette quatrième époque appelle aussitôt la cinquième ! 


En bref

Un bon album qui fait replonger Mattéo dans la lutte au début de la guerre civile espagnole. Peintures de paysages désertiques, portraits de femmes marqués par la grâce, gueules de révolutionnaires , Gibrat poursuit un opus efficace qui, malgré son final un peu abrupte, n'a aucune difficulté à nous séduire.

8
Positif

Une petite touche de western au coeur de ces paysages désertiques et dans l'attente de la prise du village

Quelques bons personnages secondaires haut en couleurs comme le curé sniper ou la belle athlète polonaise

La voie-off de Mattéo entre mélancolie et rêverie qui porte avec aisance cette série historique

Negatif

Des femmes dessinés ô combien sublimes mais malgré tout basé sur un même style

Une fin un peu abrupte

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (258)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Mattéo
10
Mattéo T.5

Mattéo T.5 Staff

Lire la critique de Mattéo T.5

9
Mattéo T.3

Mattéo T.3 Staff

Lire la critique de Mattéo T.3

Boutique en ligne
17,00€
Boutique en ligne
17,00€
Boutique en ligne
17,00€
Boutique en ligne
17,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)