7

Critique de Les Tortues Ninja #15

par Auray le mar. 25 janv. 2022 Staff

Rédiger une critique
Les tricératops sont de retour sur terre et veulent l'envahir !

Comme le titre ne l'indique pas, ce récit fait suite aux épisodes de la dimension X. Effectivement, à la fin du précédent tome, nous avons vu le roi Zenter tenir son engagement envers le peuple des tricératons, car, ils avaient été indispensables face à la menace des Magiloïdes. La Terre doit donc prendre ses responsabilités, car ils vivaient bien entendu avant dans nos contrés sous une forme connue de tous, celles de dinosaures, les fameux tricératops. Doués à présent de paroles, marchant comme l'Homme, et, on leur remarque aussi une intelligence redoutable, la commandante Zom en tête, il va falloir accueillir correctement ses nouveaux habitants qui nous sont imposés. Bien sûr, les hommes prennent le tout pour une véritable invasion. La guerre va très vite être déclarée !

Soyons francs, les trois premiers chapitres sont un cran au-dessus que les deux derniers. Les cases sont au départ signé par l'Argentin Damian Couceiro, vu sur Old Man Logan tome deux en Marvel 100%, par exemple. On a une ambiance commune aux dessins animés, le tout est très bien fini, toujours avec les couleurs de Ronda Pattison. Contrairement à ceux de l'Américain Bram Revel. J'ai posé parfois le regard sur les tortues en faisant la moue tant elles n'étaient pas très jolies ou trop esquissées. Après, ce n'est pas le drame non plus, mais, le premier m'a bien mieux mis dans cette ambiance guerrière.

Pourtant, le récit construit par Kevin Eastman, Tom Waltz, aidé de Bobby Curnow, reste simple. On aborde d'habitude beaucoup de thématiques. Ici, il n'en est rien. Par contre, on continue tout de même la plus connue, comme les liens qui entourent un père et son fils, que ce soit pour nos ninjas avec le nouveau maître du clan Foot, Splinter, ou encore, Casey jones et son paternel. D'ailleurs, on en a un peu marre de leur jeu du chat et de la souris qui risque, à force, de ne plus rien dire.

Voilà, j'ai apprécié tout de même ce tome un peu plus brute que d'habitude des tortues ninjas pour ce qu'il est. Il se lit comme si on regardait le film Independance Day de Roland Emmerich (1996), on adore au départ le spectacle, mais, au final, on regrette qu'il n'y ait pas plus de consistance pour en faire un must. Heureusement qu'il y a encore le clan Foot pour pimenter tout ça, sinon, on aurait eu quelque chose de plus fade. On attend donc le prochain livre avec plus d'impatience, car, il faudra compter à présent sur le fameux roi des rats. Cet ennemi charismatique m'intéresse depuis sa première apparition ! À suivre, donc !

En bref

« Allons à la rencontre de nos amis terriens. »

7
Positif

Splinter et son nouveau statu quo

Le spectacle de l'invasion de la Terre

Damian Couceiro aux dessins, ce n'est pas mal !

La grosse galerie de couvertures

Negatif

Moins de thématiques abordées que d'habitude

Casey Jones et son père, le « je t'aime, moi non plus » de trop ?

Bram Revel m'a fait parfois mal aux yeux avec ses dessins trop approximatifs à mon goût

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (688)
Autres critiques de Les Tortues Ninja
Boutique en ligne
15,90€
Boutique en ligne
15,90€
Boutique en ligne
15,90€
Boutique en ligne
15,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)