9

Critique de La Dynastie Donald Duck #4

par Auray le mer. 27 mars 2013 Staff

Rédiger une critique
Le tome 4 de la dynastie Donald Duck comprenant toutes les belles histoires de M. Barks de 1953 à 1954 s’ouvre sous la surface de l’océan avec une huile de l’auteur dans les premières pages. Plongeons alors, dans ce tableau où l’aventure, forcément, est à couper le souffle !

En fait, les Editions Glénat nous proposent au départ un voyage en Atlantide. Plus que le fort caractère anticapitaliste plutôt idéaliste qu’il s’en dégage, il s’agit ici de la confirmation d’inspiration de légendes revues par l’auteur et ses canards. Avec toujours un contenu de grande originalité, malgré ce thème récurrent, comme son allégorie à travers un juke-box par exemple. S’ensuivent les traversées de l’Himalaya (des capsules à Tralla La), ou encore l’île d’Haïti (l’île aux Menehunes), et enfin le Nouveau-Mexique (les sept cités de Cibola).
Puis, on y admire le courageux Donald qui est loin du rôle de fainéant que parfois on lui prête, on le verra à la fois bricoleur, faiseur de météo, chef de gare, représentant, musicien, ou pilote de sport automobile, bon, il est vrai qu’il ne garde pas souvent ces postes, pour notre plus grand plaisir, non ?
Côté édition, on y apprend grâce aux intéressants et indispensables bonus, que le récit en Cibola fut le premier d’une longue série de ces inspirations mythologiques, de plus, on apprendra que George Lucas s’en est approprié pour son premier Indiana Jones, je vous laisse le soin de découvrir quel passage, preuve, s’il en faut, de la forte impression que peuvent laisser quelques cases de M. Barks.
Ensuite, la nouveauté, ce sont des explications à présent insérées avant une ou deux histoires phares au milieu du livre en supplément de ceux du début, donc, encore plus de références qui relèvent encore l’intérêt de cette collection, et permet, quand il y a plusieurs lectures, de ne pas oublier des détails croustillants ou de vérifier et s’amuser à reconnaitre ce qui a été décrit plus tôt très rapidement..
A ajouter au portfolio sur les recherches de figures définitives de Picsou et ses neveux ou de la création de couvertures, les fiches de Daisy et Filament, qui sont toujours exquises en détails. A mettre en relief ici, en parlant de personnage, de l’apparition d’un des Tic et Tac (ou cousin très proche) en invité d’honneur.

Les Editions Glénat perfectionnent encore leur recueil pour définitivement ancrer cette collection dans toute bibliothèque de fan de comics Disney et d’humour, ou tout simplement d’histoires intemporelles, et ce n’est pas George Lucas qui me contrariera.

En bref

9
Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (343)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de La Dynastie Donald Duck
Boutique en ligne
29,50€
Boutique en ligne
29,50€
Boutique en ligne
29,50€
Boutique en ligne
29,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)