8

Critique de Star Wars - Dark Vador #1

par Le Doc le sam. 2 mai 2015 Staff

Rédiger une critique
"Un jeune Jedi nommé Dark Vador, qui avait été mon meilleur disciple, a soudain rejoint l'ennemi...Il s'est servi du pouvoir de la Force à des fins mauvaises. Il a traqué et assassiné les Jedi pour le compte de l'Empire".

Période particulièrement sombre de la saga galactique imaginée par George Lucas, la Grande Purge Jedi fut rapidement évoquée par l'un de ses survivants, Obi-Wan Kenobi, dans le tout premier film sorti en 1977. Il aura fallu attendre 2005 et la sortie de l'Episode III, "La Revanche des Sith", pour en découvrir les dramatiques détails. Ce premier album consacré au Seigneur Noir des Sith revient sur plusieurs chapitres de cette traque inexorable des derniers Jedi, pendant l'avènement de l'Empire.

Les lecteurs des bandes dessinées Star Wars seront particulièrement gâtés à partir de cette année, puisque deux éditeurs se partagent maintenant la licence : Panini s'occupe bien évidemment des comics Marvel, qui rentrent officiellement dans la continuité des films et des dessins animés, et Delcourt garde l'exclusivité de l'ancien Univers Etendu, celui de Dark Horse, considéré comme non-canonique et estampillé "Légendes". Delcourt peut ainsi terminer les séries en cours, rééditer les titres épuisés (depuis avril) et proposer en album des récits jusque-là uniquement publiés en kiosque. C'est justement le cas du présent volume, centré sur la Purge Jedi et composé de trois one-shots et une mini-série que le lecteur kiosque avait pu découvrir dans les magazines "Star Wars La saga en BD" et "Star Wars Comics Magazine".

On doit "La Purge" et "Quelques secondes avant de mourir" à l'excellent John Ostrander, scénariste doué et l'un des grands architectes de l'Univers "Légendes" via, entre autres, les aventures du Jedi amnésique Quinlan Vos, les albums "Clone Wars" et la série "Legacy". Il se fond avec habileté dans l'ambiance désespérée de cette époque troublée, mais ne manque pas d'entretenir une lueur d'espoir dans les ténèbres. La caractérisation est juste, entre résignation des uns et rébellion des plus combattifs. Ces histoires sont particulièrement bien choisies puisqu'elles témoignent aussi d'une évolution dans le caractère de Vador, qui se laisse souvent emporter par sa colère, comme en témoigne sa victoire à la Pyrrhus dans "La Lame Cachée", d'un autre très bon scénariste, Haden Blackman.

Dans la mini-série "Le Poing du Tyran", son modus operandi change. Après ces quelques déconvenues, Vador, épaulé par un très intéressant personnage féminin, le major Namada, emploie des méthodes plus insidieuses pour discréditer les Jedi et effacer toute trace de sédition dans la Galaxie.
"Le Poing du Tyran" est globalement une bonne mini-série, écrite et dessinée par des artistes qui m'étaient jusque là inconnus, Alexander Freed, Marco Castillo et Andrea Chella. Le premier livre un récit rondement mené, bien dans le ton de l'implacable montée en puissance de l'Empire. L'issue, glaçante, n'est évidemment pas surprenante, sans entacher toutefois le plaisir de lecture. Les dessins manquent de personnalité (il y a du Terry Dodson dans la façon dont Castillo croque les personnages féminins), mais remplissent tout de même leur office : une narration claire et des scènes d'action efficaces.

Du minutieux Doug Wheatley à Marco Castillo en passant par Jim Hall et Chris Scalf, ce tome propose une intéressante variété de styles au service d'histoires de qualité...et d'un univers toujours aussi riche !


En bref

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (536)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Star Wars - Dark Vador
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)