7

Critique de Vinifera #8

par vedge le mar. 19 nov. 2019 Staff

Rédiger une critique
Pour que s’élève le vin

J’ignorais que les révoltes eussent été si violentes et l’attente si longue pour que soient reconnus les terroirs et les vignerons qui font la fierté un peu chauvine de notre pays.

En suivant le récit de la vie de Gaston, de son plus jeune âge à sa réussite professionnelle, on passe toutes ces étapes en spectateur.

La misère de ses jeunes années, auprès d’un père, pourtant propriétaire viticulteur, qui n’arrive pas à nourrir sa famille, est due à une surproduction de vin français et à la malveillance des fraudeurs qui font du vin n’importe comment et avec n’importe quoi.

Le calvaire vécu par la famille doit être symptomatique de la misère de ce début du XXe siècle chez les viticulteurs.

Heureusement, et malgré la longue attente et les les révoltes réprimés dans le sang, les lois sont depuis venues fixer les appellations d’origine contrôlée (AOC) et clarifier ce qui est ou n’est pas du vin.

Cette BD est particulièrement instructive, d’autant qu’elle concerne une époque pas si lointaine de l’histoire du vin et pourtant méconnue. Le récit est portait par un dessin réaliste de très bonne qualité, un peu à l'ancienne dans sa façon de présenter les textes mais qui illustre à merveille l'époque et le ressenti du narrateur.

En bref

En ce début de XXe siècle, la France est en surproduction de vin alors même que les fraudeurs en font avec n’importe quoi pour gagner encore plus. Quand votre métier ne peut nourrir votre famille, que la loi tarde à réguler ce qui est ou n’est pas du vin, que reste-t-il si ce n’est la révolte pour maintenir sa dignité ?

7
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2284)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Vinifera
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)