10

Critique de Mattéo #1

par MassLunar le mar. 20 juil. 2021 Staff

Rédiger une critique
Quand Jean-Pierre Gibrat nous raconte Mattéo et sa Grande Guerre...

Mr Gibrat est peut-être l'un des plus talentueux dessinateurs de bande dessinée française qui soit, un artiste dont le style est profondément immersif et facilement identifiable et dont le travail est aussi bien apprécié par les fans de bd que par les collectionneurs. Le dessinateur a vu également son travail retranscrit sur un art book intitulé L'Hiver en été qui compose toute la rétrospective de son oeuvre, depuis l'album Le Sursis paru en 1997. Ses albums sont des tableaux à la fois romantiques intimistes et historiques, des œuvres fortes qui dressent des portraits expressifs des gens du quotidien en temps de guerre. 

J'avais beaucoup aimé justement Le Sursis (et pas seulement en tant qu'aveyronnais) mais le premier contact avec Gibrat fut la vision d'un ex-libris consacré à Jeanne , l'héroine de sa série en deux tomes Le vol du corbeau, une beauté  reconnaissable à ses yeux bleus et son bonnet rouge. Quand on commence à s'intéresser à l'univers de la bande dessinée, on finit tôt ou tard par croiser le regard de Jeanne en librairie.  Le dessin de Mr Gibrat vous croise et vous invite à boire un Picon dans un café à Paris (tenu par des aveyronnais, ça va de soi ! ), On s'égare, basculons sur Mattéo , deuxième série dans un cadre historique de l'auteur dont ce premier tome est focalisé sur la Grande Guerre vu à travers les yeux de Mattéo , un jeune homme fils d'un anarchiste espagnol qui se retrouve plongé dans les tranchées pour ( et à cause de ) l'amour d'une femme. 

Le lecteur est de suite embarqué dans cette histoire qui est narré par le bagout entraînant de Mattéo et le sublime trait de Gibrat assortie à une délicieuse colorisation. Le dessinateur sait parfaitement harmoniser lumières et couleurs. Il fait ressortir ici et là, la blancheur d'une chemise, le rouge-sang d'un gilet, d'une robe. Il capte des échanges en plein soleil au coeur de la commune de Collioures avant de faire basculer son récit au coeur des tranchées. L'histoire de Mattéo s'ouvre d'abord sur cette commune dont les enfants partent progressivement à la guerre, tous à l'exception de Mattéo dont les origines espagnoles ne lui imposent a priori pas d'obligation d'aller guerroyer. Mattéo aime Juliette laquelle souffre du manque d'ambition de ce dernier et se met à rêver d'un meilleur parti, représenté ici par Guillaume, fils d'une puissante famille du village qui est partie rejoindre l'aviation. 

Mu par la jalousie et l'envie de faire ses preuves à sa belle, Mattéo décide de s'engager. Gibrat n'a pas son pareil pour nous immerger dans sa fiction, une fiction qui est aussi bien construite sur un plan intimiste avec les échanges tendus et délicats entre Mattéo et Juliette que sur un plan plus frontal et historique avec la violence de la Grande Guerre. C'est simple, le dessinateur possède la même trempe qu'un réalisateur qui souhaite capter la guerre. Rien que dans ce premier volume, nous assistons au défilé d'une farandole de personnages dont certains connaissent forcément un funeste destin. Ces héros du quotidien et ces braves inconnus de l'Histoire que Gibrat se plait à dessiner nous font vraiment vivre cette fiction. Le dessinateur est aussi un adepte des dialogues, des répliques qui font mouche , le tout sur un ton bien mesuré. Les échanges avec Juliette sont remarquables tout comme quelques scènes de tensions, notamment entre Mattéo et l'impitoyable commandant de la tranchée. 

En tout point, ce premier volume de la série Mattéo est tout simplement immersif. Son style expressif fait mouche et donne du coeur à ses personnages entre la douceur espiègle de Juliette, la bravache des soldats, la taquinerie d'un antimilitariste espagnol, c'est toute une galerie d'expressions qui s'offre au lecteur. Ajoutez à cela un superbe jeu autour de la couleur et de la lumière et, encore une fois, nous avons une bd tout simplement entraînante qui va au delà de la simple ligne classiquement réaliste mais tend à nous en faire partager les émotions en un joli coup de crayon.

En bref

Mattéo, première époque, nous refait visiter l'histoire avec toute l'immersion dont est capable de faire preuve Jean-Pierre Gibrat. C'est une chronique riche en couleurs tout simplement passionnante aussi bien dans l'intime que dans la fresque historique. Gibrat est déjà bien connu dans le paysage de la bd mais c'est toujours un grand plaisir de découvrir ou redécouvrir son travail.

10
Positif

Une fiction historique et intime magistralement immersive

Le style de Gibrat tout en douceur expressive, du visage marqué au sourire reposant et espiègle

La colorisation qui nous invite à découvrir aussi bien un village que les menaces des tranchées

Negatif

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (221)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Mattéo
7
Mattéo T.5

Mattéo T.5 Staff

Lire la critique de Mattéo T.5

7
Mattéo T.4

Mattéo T.4 Staff

Lire la critique de Mattéo T.4

Boutique en ligne
16,25€
Boutique en ligne
16,25€
Boutique en ligne
16,25€
Boutique en ligne
16,25€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)