Le seigneur des gauchos

Satire sociale Humour politique

Tout commença avec la forge des grands anneaux. Trois furent donnés aux Elfes, êtres révolutionnaires, sept aux Sains, mineurs communistes, et neuf aux Hommes, race socialiste, dont le désir de pouvoir surpasse tout. Ils possédaient la volonté de tout gouverner. Pourtant, ils furent tous dupés, car un anneau avait été forgé en secret par le Seigneur Noir, Saurkozy, pour les dominer tous. L'une après l'autre, les contrées libres de la France du Milieu tombèrent en son pouvoir... d'aucunes résistèrent. Hélas ! l'anneau était trop puissant !

Alors que tout espoir de victoire semblait perdu, le prince Mittrandur arracha l'anneau à Saurkozy. La guerre prit fin, du moins pour un temps. Des années plus tard, le précieux anneau fut retrouvé par Jacquo Le Hobbit du comté du Neuf-trois, inconscient du danger qu'il courrait, car Saurkozy n'eut cesse de le traquer pour le récupérer.

Viendra bientôt un temps où les Hobbits détermineront le destin de tous.

Le seigneur des gauchos
Note globale - 0
Les experts - 0
Membres - 0
Collection Envie Critique
Acheter
Les éditions Toutes les éditions
Le seigneur des gauchos édition simple
Terminée en 1 tomes
Dernière critique tome du staff
Le seigneur des gauchos 6

Le seigneur des gauchos

Cela n’aurait pu être qu’une succession de dessins de presse mais il s’agit là d’une vraie satire du monde politique français qui suit la trame du roman de Tolkien le Seigneur des Anneaux. On y retrouve les personnages de la scène politique française dans la course à l’anneau qui a le pouvoir de les soumettre tous ! Le scénario est bien construit, les petits travers des uns et des autres (DSK es...

Lire la critique de Le seigneur des gauchos

Dernières critiques des membres Rédiger une critique
Vous pourriez aimer

Si vous connaissez cette oeuvre, n'hésitez pas à en proposer des similaires, même si elles sont déjà présentes ci-dessous. Les suggestions sont classées par nombre de votes pour que le système soit le plus efficace possible.

Commentaires (0)
Laissez un commentaire